Real Time Web Analytics

Divers - Page 5

  • Pin it!

    Nassogne : massacre à la tronçonneuse

    Il ne se passe plus une semaine que la commune de Nassogne soit critiquée par les citoyens.  La dernière en date, c'est le massacre à la tronçonneuse de la Rue des Tilleuls, à Nassogne.

    6C02C021E28E435394C161C97DCAF600.jpg

    Olivier Embise travaille au CRIE du Fourneau Saint Michel

    Voilà ce qu'il dit :

    Bonjour à toutes et tous, 

    Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, la commune de Nassogne a procédé à l'étêtage de tous les arbres de "la rue des tilleuls". Un véritable carnage à de nombreux égards. Et dire que Nassogne est une commune MAYA...

    Ci-dessous, vous trouverez un courrier que j'ai envoyé hier aux responsables communaux ainsi qu'aux membres du PCDN. En bonus, une photo de l'intervention.

    Si le sujet vous touche, n'hésitez pas à vous manifester auprès des autorités. Leurs adresses mail se trouvent ici (collège) et (conseil).

    En espérant qu'un jour, on comprenne que la nature n'est pas un objet jetable.

    Bonne journée,

    Olivier

    ------------

    Chers responsables communaux,

    Chers membres du PCDN,

    Mesdames, Messieurs,

    Bonjour, 

    Je vous contacte concernant les travaux réalisés à partir du 2 avril à la rue des tilleuls, à Nassogne. Je suis profondément attristé par les mutilations effectuées sur ces arbres remarquables ; les troncs sont réduits à leur plus simple expression. Je ne suis pas contre une taille des arbres lorsque cela s'avère nécessaire, raisonnable et qu'elle est réalisée à la bonne saison. Dans le cas qui nous concerne, aucun de ces points n'a été respecté.

    • nécessaire> Je comprends que l'importante masse de feuilles mortes et de fleurs séchées puisse être gênante pour les habitants directs et que la voirie puisse être glissante quelques jours d'automne. Mais si tous les arbres qui perdent leurs feuilles doivent être ainsi traités, il n'en restera guère. Un ramassage aurait-il été très compliqué à mettre en oeuvre ? Cette biomasse (feuilles et fleurs) est par ailleurs un excellent matériau pour réaliser du mulching ou un compost de qualité. Plutôt qu'un problème, il est possible d'imaginer des solutions positives. Il y aura toujours des "bonnes" raisons pour couper/tailler drastiquement des arbres. Du reste, il me semble qu'il y a bien d'autres problèmes sécuritaires sur la commune qui méritent une attention particulière (sécurité des piétons et des cyclistes, notamment).
    • raisonnable> Étêter un arbre est une aberration ; c'est prouvé scientifiquement depuis plus de 10 ans. Le livre "L'arbre, un être vivant", édité aux éditions Weyrich explique cela de long en large. Toutes les communes en ont reçu un exemplaire. La Wallonie a également édité plusieurs brochures sur le sujet, dont celles-ci : "Préserver les arbres - recommandations pour éviter les dégâts aux arbres" ou Protégeons nos arbres (voir page 10). De telles pratiques engendrent un stress phénoménal qui va nécessiter une débauche d'énergie incroyable pour que l'arbre puisse survivre, dans un état affaiblissement avancé. Une multitude de rejets vigoureux issus de bourgeons dormants vont probablement voir le jour, donnant à l'arbre une allure de hérisson. Ces centaines de rejets vont produire une abondante masse de feuilles qui auront d'ailleurs une taille supérieure. Le problème initial - les feuilles mortes - ne sera donc a terme pas résolu. Des interventions futures et coûteuses devront être réalisées afin d'espérer maîtriser la situation. Par ailleurs, l'arbre va tenter de recouvrir ses blessures, mais vu leur diamètre important, beaucoup de cavités verront le jour, laissant pénétrer la pourriture au cœur de l'arbre. D'après un élagueur que j'ai contacté, il est habituel que dans ce cas de figure, la première chute de tronc ou de charpentière apparaisse au bout de 15 à 20 ans. Le schéma classique est alors un abattage généralisé pour des mesures liées à la sécurité routière. C'est ce qui s'est notamment passé à Marche avec une allée de marronniers. Bref, la vie de ces arbres est mise en péril alors qu'ils auraient pu vivre encore des centaines d'années.
    • à la bonne saison> Le 2 avril, les arbres sont en pleine montée de sève et les oiseaux commencent à nicher. En Région bruxelloise, il est interdit de couper des arbres et de les élaguer avec des engins motorisés entre le 1er avril et le 15 août. Dans le cas qui nous occupe, les règles prévues ont très probablement été respectées, mais à mon sens, elles ne justifient pas tout.

    Sincèrement, je ne comprends pas de tels agissements. D'un côté, la commune fait preuve de bonne volonté pour planter des haies, des fruitiers, placer des nichoirs, mettre en place un PCDN qui mobilise des bénévoles notamment pour protéger des arbres remarquables et de l'autre, elle taille des haies en période de nidification, elle écorce des dizaines d'arbres le long des routes, elle abat un vieux poirier qui ne gênait personne et elle mutile toute une allée de tilleuls. Je sais que certaines mesures sont en route pour solutionner certains problèmes et c'est très positif. Mais plutôt que de réagir a posteriori, pourquoi ne pas faire les choses dans l'ordre? Des structures existent et il y a bon nombre de personnes compétentes sur la commune pour remettre des avis pertinents et trouver des solutions durables.

    Quelle cohérence y a-t-il entre mettre un arbre à l'honneur en donnant son nom à une rue et en même temps ne pas tolérer qu'il perde des feuilles et sortir les grands moyens en guise de solution?

    Outre les aspects biologiques et esthétiques, c'est le patrimoine qui est touché.

    Pour terminer ce plaidoyer, certes "à chaud", je vous invite à lire cette citation de Hermann Hesse:
    "La Nature et Tout ce qui grandit, 
    La Paix et Tout ce qui s'épanouit,
    Tout ce qui fait la Beauté du Monde est fruit de Patience, 
    Demande du Temps,
    Demande du Silence, 
    Demande de la Confiance." 

    Merci de m'avoir lu. 

    En espérant que la "rue des tilleuls" perdure dans le temps et que de telles actions ne se reproduisent plus, je vous souhaite une bonne journée et reste à votre disposition pour des discussions constructives.

    Bien à vous,

    Olivier Embise

    N'hésitez pas, comme lui, à envoyer un email à la commune (voir les liens ci-dessus) pour montrer votre mécontentement.

    Josianne Baudrux, de Grune a déjà fait le pas et a envoyé ce message :

    Lire la suite

  • Pin it!

    Non, vous ne devez pas toujours payer les frais d’huissier en cas de facture en retard de payement.

    7565481.jpg

    C’est le site Transparencia qui l’explique sur sa page Facebook

    Ne payez pas les frais supplémentaires d’huissiers !
    Mise en demeure (18,45 euros), lettre de sommation (idem), droit d’encaissement (14,45 euros) la loi, expressément modifiée en 2009, l’interdit. Seule la dette initiale doit être payée et une indemnité forfaitaire de retard 25 € si elle est prévue dans les conditions générales de vente de la facture initiale attention : tant que vous êtes dans la phase de recouvrement à l’amiable. Une fois que l’huissier vous cite au tribunal, là, les frais explosent.

    En RÉSUME : que faire face un huissier agressif :
    1) vérifiez que vous êtes toujours dans la phase « recouvrement amiable », c’est indiqué sur la lettre de l’huissier.
    2) Si c’est le cas, payez immédiatement la dette initiale (une facture oubliée en général). Les autres frais au-delà de 25 €, on verra plus tard... vous ne risquez plus grand-chose.
    3) S’il s’agit d’une citation directe au tribunal, là il est trop tard, il faut payer, sauf s’il s’agit d’une erreur (mauvaise personne, facture d’hôpital prescrite après 2 ans, etc.)
    Bye Bye les huissiers rapaces.
    Pour cela, ils se sont basés sur un article du Vif/L’Express que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

    A noter que  les dettes se retrouvent prescrites au bout d'un certain temps. Deux ans pour le secteur hospitalier, cinq ans pour l'énergie et les télécommunications, cinq ans pour le fisc et la TVA... Il n'est pourtant pas rare que les huissiers repartent à la charge, même lorsque le délai a expiré.

  • Pin it!

    Vente impressionnante au parc à grumes de Mochamps

    53567285_1185243928311404_9061557838307917824_n.jpg

    Vente impressionnante au parc à grumes de Mochamps. Un exemple : Quatre beaux chênes des forêts de Saint-Hubert ont été vendus au parc à grumes de Mochamps, soit 24872 € de rentrées pour les caisses communales.

    Retrouvez l'article à propos de cette vente sur le Blog de Saint-Hubert en cliquant ici.

    A ce propos, un lecteur m'écrit ceci :

    Hier, vendredi 1/3 Pro Silva organisait une visite guidée du parc à grumes de Mochamps. Je vous conseille à tous de le visiter sans tarder, c’est impressionnant de voir quels beaux bois les forêts wallonnes peuvent produire.

    Il s’agit donc de grumes (troncs jusqu’à la première grosse branche), donc le meilleur de l’arbre, vendus il y a quelques jours, en attente d’enlèvement. Les prix sont impressionnants pour les chênes, vendus jusqu’à plus de 2000 €/m3, ce qui donnait à la meilleure grume un prix total de plus de 17 000 € !! Les participants n’en revenaient pas, en comparant cela à ce que les ventes communales et privées pouvaient réaliser.

    Le guide était François Dewez, l’ancien ingénieur responsable du DNF de Nassogne. Voyant toutes les communes présentes comme Tenneville et Rochefort à proposer des bois, je lui demandais comment la commune de Nassogne n’avait pas présenté ses meilleurs bois (et il y en a !) ; il m’a répondu que la commune (le bourgmestre) craignait que les acheteurs traditionnels lui reprochent de dévaloriser les coupes de la vente publique annuelle. Cela représente un manque à gagner évident pour la commune. Entièrement responsable !

    En rapport évident avec le refus de considérer l’opportunité Nassonia.

    Cherchez l'erreur !

  • Pin it!

    La doyenne de Nassogne a 105 ans ce 28 février 2019

    20140301-00210.JPG
    Photo de Rosa prise lors de ses 100 ans, ici avec Edmond Leroy.

    Rosa Gaspard est la doyenne de Nassogne.  Elle a 105 ans ce 28 février.

    Rosa est née à Chéoux (Rendeux) le 28 février 1914 à cinq heures du soir.  Son père Emile Joseph Gaspard l'a déclarée le lendemain premier mars.

    Il était né à Beffe le 29 mars 1873, ouvrier agricole et âgé de 41 ans. Il est décédé à Nassogne le 5 septembre 1969 agé de 96 ans.

    Sa maman se nommait Marie Sylvie Eudonie Paquet, était ménagère et était née à Nassogne également un 28 février, de l'année 1875. Elle est décédé à Nassogne le 13 novembre 1968 agée de 93 ans.

    2019-02-27_210919.jpgRosa a marié le 21 septembre 1939 à Nassogne Jules Emile Mouton, né a Ambly le 15 décembre 1914.  Il a entre autre été secrétaire communal.

    Ils ont eu cinq enfants :

    • Jules, né le 16 septembre 1940.  Il est décédé un mois plus tard.
    • Michel, né le 9 août 1941.
    • Marie-Rose, née le 4 septembre 1942
    • Gérard, né le 2 février 1944, décédé.
    • Jean-François, né le 31 octobre 1945, décédé.
    • Raphaël, né le 19 décembre 1950.

     

    Ci-après l'acte de naissance de Rosa.  Merci à l'ASBL Wallonia.

    RXr1914n04.jpg

  • Pin it!

    Mariés le même jour, deux fois 60 ans de mariage.

    60ans0001.jpg

    Nassogne le 5 février 1959.  Trois mariages sont célébrés ce jour-là.

    • Le premier à 10 heures.  Se marient Germain PHILIPPE, né à Flamierge le 23 mai 1934, domicilié à Nassogne, toujours en vie et  Agnès DABE, née à Tillet le 7 avril 1934, malheureusement décédée.
    • Le second à 10h30.  Se marient André MOUTON, domicilié à Nassogne, né à Maldegem le 26 février 1936 et Mariette PHILIPPE domicilée à Nassogne, née à Flamierge le 7 mars 1936.  Ils sont toujours en vie.
    • Le troisième à 11 heures. Se marient Michel GRANDMONT, domicilé à Forrières, né à Gosselies le 22 mai 1937 et Georgette PHILIPPE, domiciliée à Nassogne, née à Waha le 19 juin 1939.  Ils sont toujours en vie.

    Germain, Mariette et Georgette sont frères et soeurs.  Ce sont les enfants de Englebert PHILIPPE, né à Tenneville le 15 février 1908, décédé à Nassogne le 15 avril 1975 et de Marie Juliette VAN DEN ABBEEL, née à Amberloup le 4 juillet 1909, décédée à Nassogne le 30 mars 1989.  Ils étaient tous deux domicilés à Nassogne.

    Germain, Mariette et Georgette ont d'autres frères et soeurs :

    • Aimé.
    • Yvonne.
    • Marie-Josée.

    Ils viennent de fêter leurs 60 ans de mariage à la salle de Village de Masbourg, tous présents sauf malheureusement Agnès DABE décédée.

    Voilà la photo des deux couples toujours en vie sur  leur invitation :

    60ans0002.jpg

    Et une photo prise ce jour-là :

    DSCN7630.JPG

    Encore longue vie à eux.

  • Pin it!

    Fuite de Mazout dans la Lhomme à Forrières

    2019-02-22_162903.jpg

    On me signale que les pompiers sont en intervention à Forrières, à proximité du pont près de la place communale, pour trouver et stopper une fuite de mazout.

     

  • Pin it!

    Simulation sur photos des éoliennes de Bande.

    Ce mercredi 06-02-2019 à 20h00,au conseil communal à Nassogne, un projet d'implantation de 7 éoliennes à Bande - limite territoriale avec Marche-en-Famenne a été discuté.

    Après avoir entendu un représentant de la société Vortex, à l'unanimité, les conseillers communaux ont simplement décidé de poursuivre l'étude du projet de convention relative à la concession d'un droit de superficie et de le soumettre à à un conseil juridique. Le dossier reviendra au Conseil Communal plus tard.

    Un opposant à ce projet a fait une simulation des éoliennes sur des photos de l'endroit, voilà ses explications :

    "Afin de concrétiser le projet "éoliennes" pour l'implantation à Bande (Pt Zéro), voici des simulations. Les dessins ont été réalisés à l'échelle (je fais mon possible avec une latte et un crayon) en prenant la hauteur des arbres (25 m) du site comme référence. Pour rappel, il s'agit de construire 7 éoliennes d'une hauteur de 200 m comme l'a indiqué le délégué de la société Vortex lors du conseil communal du mercredi 06 février 2019."

    52513923_185166975777088_5124167997291757568_o.jpg

    51710844_185166909110428_5794132811854118912_o.jpg

    51682630_185167005777085_6464002389811658752_o.jpg

  • Pin it!

    Il est originaire d'Ambly et a obtenu le grade de Docteur en Sciences de la Motricité de l'Université de Liège.

    francois-tubez-2-web.jpg

    En juin 2018, François Tubez a obtenu le grade de Docteur en Sciences de la Motricité de l'Université de Liège. Sa thèse centrée sur l'étude biomécanique du service au tennis connaît depuis lors un succès grandissant, et François enchaîne les congrès et les publications dans les revues scientifiques de renom.

    Originaire d’Ambly, cet enseignant en kinésithérapie à la Haute École Robert Schuman n'est pourtant pas le premier venu dans le domaine. Licencié en Éducation physique, titulaire d'un Master en kinésithérapie et d'un certificat de formation à la recherche en Sciences de la Motricité, le jeune chercheur est un travailleur acharné. Mais après avoir fourni tant de travail, qu'il a dû concilier avec les cours qu'il donne à la HERS, François a l'impression de servir pour la balle de match.

    Sa thèse porte sur l'évaluation biomécanique du service au tennis, avec une attention particulière pour la position dite Trophy, adoptée par la plupart des joueurs de tennis.

    Plus d'infos en cliquant ici.