Real Time Web Analytics
Pin it!

Lettre ouverte aux habitants de Nassogne

nassonia.jpg

Le projet « Nassonia » demain à Nassogne… c’est possible !

« Nassonia est mort » ont crié ceux qui voulaient sa mort avant même qu’il ne naisse, dont en premier la majorité actuelle.
Celle-ci a oublié qu’il restait encore et avant tout la voix de l’électeur.


Aujourd’hui l’heure est venue d’entendre le verdict de la population de Nassogne. Et d’elle seule. Celle qui ne poursuit aucun intérêt caché. Celle qui regarde vers une commune ouverte sur l’avenir, dynamique et citoyenne. Non, une majorité communale « renfermée sur elle même » qui thésaurise, par manque de vision, en oubliant de développer et qui ne reconnaît la citoyenneté qu’à ceux qui la soutiennent sous peine de sanctions dictatoriales. Les exemples sont nombreux et graves pour la démocratie participative.

Le projet Nassonia, pour rappel, est basé sur un nouveau devenir de notre forêt, premier patrimoine de la Commune qui, si rien n’est fait, est condamnée à mort à moyen terme par la faute du réchauffement climatique, mais aussi d’un gibier trop abondant qui réclame d’urgence un nouveau type de chasse hors de celle ou le nourrissage du gibier servait jusqu’il y a peu les intérêts de quelques riches en quête de trophées en nombre.


« Nassonia » propose une défense de la biodiversité sur base d’un meilleur équilibre entre tout qui habite, travaille ou parcourt la forêt. Il faudra un siècle disent les scientifiques. Ce sera donc le fait de plusieurs générations et non d’une seule, chacune ayant un rôle à jouer dont la nôtre d’entamer le processus pour nos enfants qui prendront ensuite le relais. Il n’y a donc aucun profit à attendre dans l’immédiat (et tant pis pour ceux qui croyaient qu’Éric Domb allait « se remplir les poches », sinon celui d’être les fondateurs d’une très belle aventure qui se fera en « auto construction », c’est à dire avec l’appui de tous les citoyens. Cela devait aussi être dit et l’a été depuis le départ, mais nié par la majorité communale qui se voulait continuer à vouloir régner seule.


Mais Nassonia c’est aussi du positif immédiat. C’est un accès à la forêt (gratuit pour ceux qui ont prétendu le contraire), mais avec l’ajout d’infrastructures modernes pour mieux observer et comprendre la foret et ses habitants.
C’est un projet pilote avec la venue de nombreux scientifiques belges et étrangers qui donnera un statut international à la Commune. C’est enfin et encore un développement touristique diffus qui redonnera vie à l’économie locale et aux emplois.


Aujourd’hui tout reste possible pour que ce projet se réalise en plusieurs phases à Nassogne, sauf à une seule exception. La Fondation Pairi Daiza est claire : Oui, si la population le demande avec déjà les deux et trois premières années des synergies avec le projet de Saint Michel Freyr et ensuite, en fonction des moyens et des dynamismes communaux et citoyens, la mise en place progressive d’un partenariat durable avec Saint Michel Freyr. Non, jamais avec la majorité actuelle, dont les mensonges et les intérêts cachés ont été leurs moyens et mobiles pour tuer le projet « Nassonia » sans bruit et avec fourberie.
Saviez-vous, par exemple, qu’il a été proposé à la Region Wallonne de se substituer à la Fondation Pairi Daiza pour signer le bail emphytéotique ? Celle-ci y était ouverte, mais l’idée a été rejetée, sans qu’on ne sache pourquoi par la Commune, ce qui aurait apaisé pourtant les dernières craintes de certains d’entre vous.

Pourquoi pareille attitude incompréhensive ?

Aujourd’hui c’est vous qui détenez la venue progressive ou non du projet Nassonia sur le territoire de Nassogne.

En votant pour l’une ou l’autre liste, hors celle du bourgmestre actuel, vous redonnez chance à la Commune de s’inscrire dans un développement porteur de valeurs sociétales et un futur ou nos enfants auront le droit de croire en un avenir qui leur sera cette fois ouvert

Charles Piette
Fondateur et coordinateur du groupe « Pro Nassonia »
Habitant de Nassogne depuis 38 ans

Commentaires

  • Monsieur Domb est un professionnel de la communication. Il a réussi à faire croire à ses partisans que l’échec de la négociation incombait entièrement à la commune. Pourtant, si la commune n’avait pas été favorable, elle n’aurait pas signé la convention de juin 2016 et monsieur Piette n’aurait même jamais entendu parler de Nassonia.
    Je rappelle que le slogan de ProNassonia (“enfin un projet ambitieux pour une région qui en manque tant”) était particulièrement stigmatisant pour tous ceux qui s’engagent avec idéalisme dans la politique locale. Ce slogan n’a certainement pas aidé à construire la confiance indispensable pour un tel projet. Voyez aussi le site ic-nassogne pour des explications plus précises à propos de Nassonia. V

  • Cher Monsieur Peremans, pour votre information, je ne suis pas un « professionnel de la communication », je suis le créateur d’un jardin des mondes, situé quelque part en Wallonie. Je communique sur ce que je fais et sur ce quoi en je crois. Cela ne fait pas de moi un professionnel de la communication. Vous ne regardez pas dans la bonne direction.
    Quand une convention est signée, on la défend et on l’applique. C’est clair et précis.
    Le collège communal s’était engagé à défendre notre projet commun et à le faire approuver par le conseil communal. Il a retourné sa veste et a essayé de me faire porter le chapeau. Les promoteurs du projet ont TOUT tenté pour débloquer la situation, comme par exemple proposer l’interposition de la Région entre Nassogne et notre fondation, afin de prémunir la commune contre tout risque budgétaire ou autre. En vain.
    La vérité a ses droits, même pendant une campagne électorale.

  • Bonjour Monsieur Domb, je prends acte que nous n’avons pas la même lecture des évènements et de la vérité. Ce qui est la preuve que ce bon projet a été un échec par manque de confiance réciproque . Une leçon pourl’avenir. En espérant que tous les acteurs se réconcilient rapidement pour construire un avenir durable pour notre belle forêt. Les générations futures méritent mieux que nos disputes et nos polémiques.

  • D'abord, il est exact que M. Domb n'est pas un professionnel de la communication mais il est un professionnel des affaires, avocat spécialisé en ce domaine ayant professé comme tel. A ce titre, il a bien été formé à la rhétorique en vue de défendre une thèse quelle que soit sa valeur.
    Ensuite, il y a bien eu un manque de confiance et ce notamment par suite du très mauvais scénario financier, avec une première proposition nettement sous évaluée suivie d'une seconde toujours contestée.
    Mais surtout l'élément déterminant a été le caractère illégal non conforme au code forestier de la proposition.
    La position prise par le collège de ne pas donner suite à ce qui peut être assimilé au mieux pour M. Domb comme un accord de principe est totalement fondée : même avec la portée d'un accord de principe, un tel début d'accord doit être suivi d'une confirmation après examen des divers éléments du dossier et un tel début d'accord n'apporte aucun droit. Le "contrat" invoqué par M. Domb comportait d'ailleurs une clause restrictive.
    Vu son contenu non conforme au code forestier, la proposition de M. Domb n'était au demeurant même pas en état de pouvoir être soumise au Conseil communal.

    Il est heureux que ce dossier ait pu se terminer sans recours au Conseil d'Etat, sans intervention répressive du Parquet et sans requêtes en indemnisation de parties ayant intérêts en l'exploitation de la forêt.

    Quant au nouvel épisode sur la gestion de la Forêt de Saint=Hubert, la première mouture à Nassogne a permis une meilleure approche financière, les intérêts étant apparemment mieux verrouillés.
    Malheureusement la forme légale de la gestion projetée est toujours non conforme au code forestier applicable aux biens domaniaux. En particulier, M. Domb ne peut jouir d'aucun privilège en cette gestion laquelle incombe au seul Directeur du DNF de Marche avec respect de procédures d'enquêtes publiques strictes.
    On notera que, en ce projet nouveau, l'accord contresigné (dont le texte intégral ne semble pas avoir été rendu public) prévoit toujours une période d'études de faisabilité apportant ici encore un aspect d'accord de principe.

  • Encore faut-il Monsieur Peremans que la vérité ne soit pas dissimulée.
    Les intéressés comprendront.

  • Bonjour,

    J'ai reçu, comme tous les habitants de Nassogne, le courrier préélectoral signé par Charles PIETTE. Celui-ci se donne le titre de "Fondateur et coordinateur" du groupe "Pro Nassonia".

    J'ai participé aux débats de ce groupe qui se voulait apolitique, pluraliste et constructif.
    De ce fait, nous avons mis, à plusieurs reprises, à disposition de ce groupe les locaux du CRIE.
    En effet, ce bâtiment public est ouvert aux débats qui concernent l'avenir de nos forêt et de l'environnement en général.

    Je continue de penser que Nassonia est un projet qui porte une belle ambition et donc qui mérite le débat . Ce projet pourrait encore vivre et se développer en faisant appel aux compétences de chacun et en faisant confiance à la créativité et à l'intelligence collective des habitants de notre commune et des personnes extérieures intéressées.
    Je reste persuadé que l'expérience "Saint-Michel - Freyr" sera à terme une belle opportunité pour les communes voisines. Elle est portée par des gens passionnés sérieux et compétents. Ce projet sera fatalement destiné à faire tache d'huile.

    Mais ceci dit, Je trouve assez incorrecte cette manière de récupérer le travail de tout un groupe d'opinion, d'avis et de choix politique diverses sans aucunement leur demander leur avis.

    Je trouve aussi incorrecte de déclarer avant le résultat des urnes et au nom de ce même groupe, que tel ou tel choix de bourgmestre fermerait les portes de la commune à tout nouveau projet futur en lien avec Saint-Michel - Freyr. Je pense que les électeurs choisissent leurs représentants et non telle ou telle personne aussi influent soit-elle.

    Je me suis senti utilisé et cela n'est pas agréable du tout !!!

    Pour la suite, j'espère que ces exclusives seront vite apaisées et que le projet Nassonia, pourra un jour s'adosser au projet saint-Michel - Freyr pour le plus grand bénéfice de tous les habitants de Nassogne et de la région. Notre patrimoine forestier mérite cet intérêt.

    Bien à vous tous.

    Christian DAVE.
    Habitant de Grune travaillant au CRIE du Fourneau St-Michel.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel