Real Time Web Analytics
Pin it!

Nassogne: un mouvement citoyen en transition

B9713839713Z.1_20171116193811_000%2BG64A5QBMB.1-0.jpg?itok=NFGD_r2_

À Nassogne, le projet Nassonia a provoqué une onde de choc dont l’écho résonne toujours à travers les villages de la commune. Après la mise en place d’une chasse et d’un label de gibier « éthique », le mouvement « Pro-Nassonia » a récemment accouché d’un collectif citoyen baptisé « Nassogne en Transition ».

Le projet se présente comme un mouvement apolitique dont l’objectif à long terme est d’atteindre l’indépendance énergétique de la commune tout en replaçant le citoyen au cœur du processus décisionnel dans une logique « bottom-up ». « Avec Pro-Nassonia, nous avons découvert qu’il était possible de travailler ensemble dans une dynamique de regroupement citoyen tout en recréant du lien social au sein de la commune », commente Delphine Haesaerts, cofondatrice du mouvement. Si Nassogne en Transition compte plusieurs Pro-Nassonia dans ses rangs, ses initiateurs insistent sur la distinction entre les deux mouvements. « Qu’il n’y ait pas d’amalgames. Des gens qui n’ont pas soutenu Nassonia peuvent très bien se montrer intéressés par notre démarche de transition. Le groupe reste d’ailleurs ouvert à tout apport bénévole pour peu qu’il soit bienveillant. »

Le collectif rassemble une trentaine de personnes, réparties en groupes de travail thématiques. On y planche notamment sur la création de jardins partagés à vocation pédagogique et intergénérationnelle, sur la plantation d’espèces potagères, fruitières et mellifères au profit de la biodiversité ou encore sur l’organisation de conférences à destination de la population. Le collectif s’intéresse aussi de très près à la question énergétique. « En tant que commune rurale, nous pouvons miser sur notre potentiel en matière de biométhanisation, d’énergie solaire, ou encore d’énergie hydraulique », commente Philippe Pirlot, cofondateur du mouvement.

Bien qu’ils n’excluent pas la possibilité de se lancer un jour dans l’arène politique, les membres de Nassogne en Transition jugent la question prématurée pour l’instant. « Nous ne sommes pas dans l’opposition totale ni dans la critique systématique. La majorité en place fait de bonnes choses et la commune est gérée en bon père de famille, commente Thierry Mulders, cofondateur également. Mais l’échec du projet Nassonia nous a ouvert les yeux sur le dysfonctionnement d’une démocratie où la voix du peuple n’est pas entendue. »

Les commentaires sont fermés.