Real Time Web Analytics
Pin it!

Censuré par une « plateforme citoyenne » à propos de Nassonia!

2017-09-20_081441.jpg

Au départ, je ne prévoyais pas mettre ce texte sur le Blog, mais uniquement en commentaire sur YouTube, mais, vu que la plateforme citoyenne « Acteurs des temps présents » m’a censuré sur ce site, je suis donc obligé de me rabattre sur le Blog pour diffuser mon commentaire.

Exposé des faits :

La plateforme citoyenne « Acteurs des temps présents » a organisé une marche le 29 août. Lors de cette marche, la parole a été donnée à Marc Quirynen, bourgmestre de Nassogne, pour qu’il parle du projet « Nassonia ». Pourquoi donner la parole à un acteur politique lors d’une démarche citoyenne, alors qu’il aurait été plus logique que ce soient les citoyens qui posent des questions au Bourgmestre, je laisse à la plateforme le soin de l’expliquer éventuellement.

Les explications de Marc Quirynen ont été filmées par un des membres de cette plateforme et ce film a été mis (en partie) sur YouTube. L’un de mes moteurs de recherche m’ayant permis de découvrir ce film, j’y ai mis un commentaire.

Très peu de temps après, ce commentaire a été censuré. Et un peu, puis-je dire, vicieusement. C’est-à-dire que, lorsque je vais sur la page YouTube, je vois toujours mon commentaire… mais je suis le seul.

Vous trouverez donc ci-après, les explications de Marc Quirynen en vidéo, et ensuite mon commentaire qui a été censuré.

Comme j’en ai déjà parlé sur Facebook, j’ai également reçu un message d’un de mes lecteurs, qui corrige également ce que Marc Quirynen a dit.

Cliquez ici pour voir la vidéo, je ne sais pas l'intégrer à ce blog.

Voilà mon commentaire tel qu’il a été posté sur YouTube :

Ce que Marc Quirynen a oublié de dire, c’est que tout ce qu’il raconte est l’ancienne mouture du projet Nassonia (pour madame Chantal, le projet a été enterré le 26 avril)

En effet, la Région wallonne avait repris la main et le « contrat » que la commune passerait se ferait non plus avec la Pairi Daiza Foundation, mais avec cette Région wallonne, qui se portait donc garante de la location et elle, elle s’entendait avec la Fondation.

Autre chose :

  1. au niveau des propositions financières du bail de chasse, un peu normal que l’on puisse se permettre un prix/ha supérieur lorsqu’on ne loue que 200ha (au-dessus de 100 €/l’ah) ! la réaction de certaines personnes dans l’assemblée (quelle différence avec le prix proposé de 75 €/ha pour les de 1550ha !) m’a indiqué qu’ils n’avaient pas de calculette en poche !
  2. Merci à Madame Chantal de donner une pareille tribune à Marc Quirynen pour se justifier (quelle solidarité dans les gens d’Ambly), pourquoi encore parler d’un projet qui est mort sinon pour essayer de se justifier ??
  3. 16'51", Marc Quirynen parle d’un retour complet à la nature, tout en sachant très bien que l’on y chassera (cela lui permet de faire croire que le projet ressemblera à Veeweyde dont il parle également)... D’ailleurs il en parle à 17'55", la chasse éthique.
  4. Hypothèque en cas de soucis. Encore une fois, c’est faux puisque le locataire principal serait la Région wallonne qui se portait garante... Mais, le 26 avril, malgré les explications du groupe Ensemble, qui proposait de relouer cette partie de territoire pour un an seulement, ce qui permettrait de découvrir ce que la Région wallonne proposait, ils ont décidé majorité contre opposition, de relouer aux chasseurs pour neuf ans !
  5. Il parle de la densité de gibier assez conséquente. La commune a-t-elle fait quelque chose pour que cette densité diminue, elle est pourtant au courant depuis longtemps ?? Lors d’une réunion privée avec lui, il nous a expliqué qu’il a voulu faire augmenter il y a longtemps (18 ans si j’ai bonne mémoire) le prix de location vu la surpopulation de gibier.
  6. Il parle du nourrissage toléré (donc, inciter à ce qu’il n’ait pas lieu), je ne lis pas cela dans le cahier des charges, extraits :

 Article 31 — Distribution d’aliments au grand gibier.

  1. Le nourrissage du grand gibier se fera conformément aux dispositions légales en vigueur.
  2. Certaines dispositions en matière de nourrissage sont précisées dans les clauses particulières (Annexe I – art.3).

  Et voilà l’annexe :

  Le nourrissage supplétif du cervidé est autorisé conformément aux dispositions légales et réglementaires. Dans l’attente d’une coordination qui serait mise en place par l’UGCSH/Secteur 1, le locataire ne pourra débuter chaque année qu’après autorisation du Chef de Cantonnement, ceci dans un souci de bonne coordination avec les territoires de chasse voisins. De plus l’alimentation se composera de foin de luzerne déshydratée (brins longs) exclusivement.

  Les points d’affouragement devront être abrités et rendus inaccessibles au sanglier.

  Le nourrissage du sanglier est autorisé aux conditions suivantes :

  – Il ne peut se faire qu’avec les aliments autorisés par et conformément à la législation ;

  – Il est interdit dans les lots de moins de 100 ha ;

  – Il est autorisé à raison de 1 point dans les lots de 101 à 500 ha ;

  – Il est autorisé à raison de 2 points dans les lots de 501 ha et plus.

  Alors que le cahier des charges de l’année précédente (location pour un an) était plus clair :

  Article 22 : Distribution d’aliments au gibier

  Le nourrissage est interdit

  Annexe 1,

  Article 3 : Distribution d’aliments au grand gibier

  Tout nourrissage est interdit.

  Donc en 2016, ils l’interdisent clairement, mais en 2017, ils l’autorisent clairement et à aucun moment, ils ne le déconseillent.

  Pourquoi donc ce revirement ?

  1. Pour la dame qui parle d’acrobranches, etc. Où avez-vous vu ou lu cela ? Et pour le monsieur, le projet de la Pairi Daiza Foundation n’a rien à voir avec Marc Coucke !
  2. Pourquoi donner la parole principale au bourgmestre alors que la démarche était citoyenne ? C’est l’inverse qui aurait dû se passer, les citoyens prenant la parole et posant des questions au bourgmestre !!
  3. Pourquoi avoir coupé la vidéo et ne pas avoir montré toutes les questions, même celles qui allaient à l’encontre de ce que disait Marc Quirynen (Censure ?)

À présent, voilà ce qu’un lecteur, très impliqué dans la vie forestière, m’a écrit :

Min. 1,12 — Le point le plus haut de Nassogne n’est pas 530 m sur Nassogne, mais 561 m dans les bois de Henricot, sur Grune, commune de Nassogne, pas loin de la Fontaine au Stock

Min. 8,25 — Les clôtures « alternatives » sont, dit-il, disparues des territoires de chasse sur Nassogne. Ce n’est pas vrai… il en subsiste, entre autres sur Grune.

Min. 11,50 — L’offre de Pairi Daiza ne correspondait pas aux exigences environnementales… sur quoi se base-t-il pour affirmer cela ?

Tes remarques son néanmoins tout à fait pertinentes. Merci.

Et enfin, voilà une copie d'écran de ce que, moi je vois, lorsque je me connecte à la page de YouTube, cliquez dessus pour l'agrandir :

2017-09-20_081249.jpg

Les commentaires sont fermés.