Real Time Web Analytics

Ferme Magerotte : un cochon massacré, trois autres volés!

Pin it!

2017-05-10_072016.jpg

Il y a une dizaine de jours, la ferme Magerotte à Nassogne a été victime d’un vol crapuleux. Éleveur de porcs en plein air depuis un siècle, la famille a eu la mauvaise surprise de voir quatre de ses bêtes disparaître. Trois ont été volées, et la quatrième lâchement laissée agonisante dans la prairie avec le crâne fracassé. Écœuré et en colère, André Magerotte offre une récompense de 1000€ à quiconque pourrait l’aider à identifier les auteurs (Voir son communiqué en cliquant ici).

Ces derniers jours, la ferme Magerotte a été la cible de plusieurs vols à Nassogne. Les malfrats se sont introduits dans l’exploitation pour y dérober… des porcs ! "Je pensais que ça n’arriverait jamais", explique André Magerotte, dont la famille exploite la boucherie familiale depuis plusieurs générations. Au total, les voleurs ont emporté quatre bêtes, dont l’une abandonnée sur place. "Il y a une dizaine de jours, mon soigneur a retrouvé l’un des porcs agonisant, le crâne fracassé. Il a fallu l’euthanasier. La pauvre bête s’est sans doute débattue quand ces abrutis ont essayé de l’emporter. Ce qui me laisse penser qu’il s’agit d’amateurs particulièrement stupides ! D’après ce que j’ai pu constater, ils ont assommé les porcs à l’aide d’un objet tranchant : on a retrouvé du sang provenant d’une plaie, ainsi que des empreintes de pas. En général, les porcs ne se laissent pas faire. C’est pourquoi les vols ont dû être commis la nuit pendant que les bêtes dormaient. Lundi, j’ai constaté qu’il m’en manquait encore deux."

L’entreprise Magerotte pratique l’élevage porcin en prairie depuis 1998. Les 300 porcs qui composent le cheptel pâturent dans les vastes étendues de la campagne nassognarde et dorment sur place dans de petites cabanes en bois. "Les animaux ne sont pas confinés à l’intérieur, le principe étant qu’ils puissent aller et venir", poursuit André Magerotte. "Depuis ces vols, nous avons placé toute une série de dispositifs de surveillance et de dissuasion."

Le propriétaire de l’exploitation a déposé plainte auprès de la police. Il a également annoncé qu’une récompense de 1.000 € serait offerte à la personne qui permettra l’identification des coupables. "Les animaux n’ayant pas été saignés sur place, mon intime conviction est que les idiots responsables de ces délits n’ont pas dû aller bien loin. C’est pour ça qu’on compte sur le voisinage pour nous aider à les retrouver."

Ce n’est pas la première fois que l’exploitation est prise pour cible. Il y a une quinzaine d’années, neuf porcs avaient été poignardés dans ce qui s’apparentait à un acte de vandalisme gratuit.

N.P. La DH du 10 mai 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel