Real Time Web Analytics

Le « fameux » dossier de Gembloux, sur la valeur de la forêt de Nassogne, est enfin en ligne !

Pin it!

2017-05-02_115726.jpg

Rappel des faits :

  • Vers septembre ou octobre 2016 est demandée à Gembloux Agro-Bio Tech une expertise sur la valeur de la forêt de Nassogne.
  • Le 20 janvier 2017, Marc Quirynen, bourgmestre de Nassogne, reçoit les résultats. Il n’en parle pas lors du conseil communal du 2 février 2017.
  • Plusieurs personnes demandent à voir ce dossier, mais le Bourgmestre le garde pour lui, je pense que même le collège ne l’a pas vu.
  • Le 23 mars 2017, via la plateforme « transparencia », je demande à obtenir ce rapport. (https://transparencia.be/request/compte_rendu_de_lexpertise_de_ge)
  • Le 24 avril (le délai de réponse à une question sur « transparencia » est d’un mois), je fais une reconsidération de ma demande, je le signale en même temps à la « CADA » - Commission d'accès aux documents administratifs - (http://www.cada-wb.be/), qui m’envoie, ainsi qu’à la commune, un accusé de réception.
  • Le jour même, Marc Quirynen m’informe via la plateforme qu’il présentera le dossier au Conseil communal du 27 avril, ce qu’il a fait. Il me l’avait déjà signalé lors du voyage à Martel.
  • Ce 5 mai 2017, il a envoyé le dossier sur le site « transparencia », il y est donc disponible pour tout qui veut le visionner.

Vous pouvez donc le voir à l’adresse suivante : https://transparencia.be/request/compte_rendu_de_lexpertise_de_ge

Commentaires

  • Concernant cette estimation, on ne peu que constater que les valeurs estimées par Gembloux conduisent à un revenu estimé plus élevé, et très nettement d'ici quelques années, à l'offre de la fondation.

    Pour la chasse, sur un blog de chasseurs, le sanglier ardennais, est mentionné une chasse avec des "battues silencieuses hybrides avec des chiens"... et non une chasse "à cors et à cris"... Les chasseurs paraissent très mécontents, particulièrement remontés contre l'administration DNF locale.

  • Pas en forme ce matin, une accumulation de fautes. mes excuses.
    ..., on ne peut...
    ...le solitaire ardennais... et non ... le sanglier...

  • M. Baudrux constate lui que: "La portion de graphique des estimations (limité dans le temps, comme par hasard à la période de la coupe des résineux)"
    moi je constate qu'un fois de plus la nature n'a pas "en soi" de valeur . elle n'est vue que par le prisme de la rentabilité maximale (on peut faire l'analogie entre le court terme de la culture intensive qui tue le sol et la vie et le long terme du bio, certes moins productif mais plus sain et respectueux de Dame nature).
    Je constate aussi que lors du choix, on ne chiffre pas vraiment les retombées économiques de l'éco tourisme pour la commune. Quel est la valeur de la souffrance animale inutile (il y a plus de ratés avec une cible qui bouge) et de la quiétude des autres usagers de la forêt ? je constate : aucune!

    je constate qu'en cas de tempête/maladies ces beaux graphiques deviennent caducs et certains regretteront sans doute Nassonia avec la garantie de la RW..

    vous qui avez suivi les rebondissements de M. de Becker et lisez le solitaire ardennais ( eux aussi excellent dans la diffamation) , vous aurez aussi constaté que les rentrées liées à la chasse peuvent s'effondrer. Sur ce site certains parlent de l'intérêt qu'il y aurait d'organiser un dumping pour faire baisser le prix des locations... la rente stable de Nassonia avait du bon!


    Nassonia c'est fini. autant j'accepte que l'on soit opposé à ce projet (même si c'est pour défendre ses petits intérêts perso) autant les méthodes utilisées n'ont pas été correctes...

  • M. Henau : Nassonia à Nassogne c'est enterré. Les Nassognards qui en avaient compris l'importance ont perdu. La faune aussi a perdu le respect qu'elle aurait pu en espérer.
    Mais d'accord avec votre raisonnement. La valeur de la Nature est inestimable, c'est un bien vital qu'il faut protéger en dehors de toute obsession de rentabilité. Sans équilibre respectueux entre la Nature et les humains, elle devient un bien d'exploitation - flore, forêt et faune.
    Certains pourraient donc jouer la carte du dumping... ce ne serait pas si étonnant.
    Il n'y a aucune vision en ce qui concerne l'avenir de la forêt, tout est réduit à la rentabilité, une projection qui ne précise même pas s'il s'agit de brut ou de net, qui n'indique pas sa source (jamais vu un graphique pareil !). Comme vous l'écrivez, de la part de la majorité au conseil communal, aucune référence aux revenus induits pour la commune (c'est kwâââ ça ?), ni cf la redynamisation de l'eco-tourisme et des commerces qui semblent en avoir particulièrement besoin. Je doute que ce soit la chasse d'affaires qui s'en inquiète et y contribue. Je pense que les anciens qui ont entretenu la forêt et légué cet héritage aux Nassognards, au vu des souffrances de la forêt, auraient eu une faculté d'adaptation et une volonté que nous semblons avoir perdu.

  • Ce rapport a été demandé par la commune dans le seul but d'évaluer les rentrées futures de l'exploitation forestière sagement conduite. Il est bien normal qu'il ne tienne pas compte des revenus de chasse et d'autres activités, ni des "retombées" économiques à Nassogne. Je suis sans critique à ce sujet... C'est un autre débat, chacun son métier !
    Ceci dit, je ne mets non plus aucunement en doute le sérieux et la compétence des scientifiques des FUSAGx et du DNF.
    Cependant, ce rapport est incomplet, soit par omission des rapporteurs, soit par une transmission volontairement tronquée.
    Incomplet en ce sens que :
    - il ne comporte pas de discussion, ni de conclusion écrite en bon français et compréhensible à tout un chacun pas nécessairement initié aux tableaux et courbes déduits mathématiquement ; il n'est pas un rapport universitaire qui soit si laconique ;
    - il ne tien pas compte des exigences Natura 2000, principalement dans la gestion des parties de sol hydromorphes. Quelles sont les parcelles où l'épicéa ne peut plus être replanté ? Ce sera après les mises à blanc, mais quand ? Je n'en vois aucune mention ;
    - il n'est pas question non plus du changement climatique certain pour la majorité d'entre nous, incertain pour d'autres. Si ce réchauffement doit être considéré, il a une action certaine sur nos forêts, et principalement sur le hêtre et l'épicéa, la toute grande majorité des essences considérées sur Nassonia. Je lis par ailleurs que notre climat actuel pourrait devenir celui du Morvan, où l'on ne rencontre presque plus d'épicéas ni de hêtres ; par contre les chênes et les douglas y prospèrent fort heureusement. Tout cela est passé sous silence ;
    - les courbes finales ont été présentées au conseil communal et l'apathie des conseillers les a laissé passer sans aucun commentaire... alors que l'arrière-banc du public, assigné au silence, bouillonnait de questions ! Mais qui aurait répondu ?
    - ces courbes faisant état de rendements faramineux s'arrêtent aux mises à blanc des plantations actuelles de résineux... et après ? Il n'est pas impensable que de grandes surfaces ne seront pas replantées par respect des exigences Natura 2000. En conséquence, les revenus forestiers seront inférieurs à ceux d'aujourd'hui. Il ne faut pas être grand prophète pour l'assurer ;
    - enfin, la chasse qui devrait respecter la régulation d'un équilibre acceptable faune-flore, est actuellement, et au moins pour 9 ans, hors normes. Les dégâts de grande faune sont destructeurs de semis naturels et de plantations, et de toute essence souhaitable en biodiversité, de même que par écorçage des perchis de résineux. Comment se fait-il que cette forêt se nomme encore "gestion durable" par le certificat PEFC, dans de telles conditions présentes et futures ?
    Ce dernier point est crucial pour tout espoir de meilleure gestion forestière. Tant qu'il n'est pas réglé au niveau national ou provincial, nous resterons avec des forêts en péril.

  • Merci, M. de Walke pour votre commentaire de qualité ! Dommage qu'il n'en ait pas toujours été ainsi.
    Et il aurait été très intéressant de mettre autour d'une même table des personnes pouvant analyser ainsi sagement et techniquement ce dossier "Nassonia".
    On ne peut malheureusement que regretter la politisation rapide faite de ce dossier. Elle a biaisé, et même faussé, tout le débat potentiel.

  • "Commentaire de qualité", mais contrairement à vous, M. de Walke est critique vis à vis de ce rapport et même de la gestion cynégétique "traditionnelle"!...
    Nassonia vous ne l'auriez accepté que si M. Domb n'avait plus aucun pouvoir et qu'il ne lui restait juste que le droit de payer.
    Ce n'est pas tout à fait pareil (99 ans et fondation) mais oseriez-vous demander la même chose pour les futurs locataires? M. de Becker sans pouvoir, qui paye, mais c'est Natagora qui décide de tout... cela me plairait bien, mais j'ai comme un petit doute!

    ps: @ M. de Walke: En effet les "retombées économiques" ne sont pas du ressort de cette étude. C'est le rôle de la commune de se renseigner/estimer au maximum pour avoir toutes les cartes en mains et ainsi pouvoir choisir au final de manière juste et impartiale. Elle devrait aussi prendre en compte dans ce choix de la "valeur" de notre patrimoine naturel .

  • La vérité, rien que la vérité, toute la vérité…
    C’est ce troisième complément direct qui fait défaut dans le « fameux » rapport. Je reste persuadé que la lecture qui en a été offerte au public n’est pas complète ; je ne peux croire qu’une université comme Gembloux s’arrête avec un point final, à des courbes trompeuses conduisant à une contrevérité.
    J’ai cité Natura 2000 et le changement climatique dont le respect et l’influence auront une action future sans doute négative sur la forêt ; le rapport n’en dit pas un mot. Je cite encore l’arrivée du loup qui est quasiment certaine ; la présence du loup sera bénéfique à la forêt, la régénération naturelle, de nouvelles essences, la qualité du bois… tous effets positifs sur la rentabilité de la forêt. Ce sont évidemment des éléments qu’il est difficile de chiffrer en rentabilité, mais le moins qu’on puisse faire serait de les citer et les discuter.
    Je reste volontaire à toute proposition positive dans l’amélioration de la forêt, sa biodiversité et la lutte contre tout dépérissement, comme le propose le projet Nassonia malheureusement refusé, avec un contrôle et un respect de toute faune, comme partie intégrante d’un équilibre acceptable avec la végétation.

  • Je me suis fait la même réflexion tant ce rapport est sommaire : quelques cartes et graphiques sans aucune explication et basta!
    J'ai demandé des explications à Coraline Laurent (responsable communication (Gembloux) , pas de réponses à ce jour.

    je pose ces questions à M. Quyrinen:
    - ce rapport est-il complet?
    - pourquoi avoir tant tardé à le rendre public, ce qui a eu pour conséquence que les personnes favorables à Nassonia, n'ont pas eu le temps de préparer une défense efficace?

  • le moins que l'on puisse dire, c'est que tout le monde ne souhaite pas les effets positifs du loup sur la forêt...
    sur ce blog M. Baudoin m'a fait découvrir le solitaire Ardenais.
    leurs réactions pourrait se résumer à : mais si, mais si, mais si le loup de Nassogne est bien un" importé" , ce n'est plus une espèce protégée, on peut le flinguer alors? alezzzz oui!, zvoupléééé! (un peu comme ils l'ont fait avec les finances de Nassogne, ils deviennent subitement très solidaires avec les éleveurs ovins). Ce n'est pas du tout pour ne pas partager LEUR gibier...
    avec Nassonia, le loup aurait eu une petite chance !

  • Monsieur Heneau,
    Vous trouverez une partie de vos réponses sur le site de Trtansparencia : https://transparencia.be/request/compte_rendu_de_lexpertise_de_ge

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel