Real Time Web Analytics

Communiqué de presse du groupe Pro-Nassonia : la forêt de Nassogne se meurt

Pin it!

pronassonia.jpg

Je vous invite à lire ci-après le communiqué de presse du groupe Pro-Nassonia :

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

NASSONIA à la croisée des chemins

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour rappel, Nassonia – initié par la Pairi Daiza Foundation - est un projet visionnaire pour une gestion durable d’une forêt…..un laboratoire multifonctionnel à grande échelle visant la biodiversité, la régénérescence et les équilibres forestiers, un autre type de chasse pour plus de bien-être animal (en poussées silencieuse plus sélective et plus respectueuse du gibier et de l’environnement), le tout en conservant un accès au public. Un projet collectif impliquant les citoyens et s’étendant aux générations futures…. (Plus d’information sur le site http://www.pro-nassonia.be/ onglet « Eric Domb et son projet »)

On s’en rappellera, dès l’été 2016, le projet Nassonia a d’emblée suscité beaucoup d’enthousiasme auprès de Nassognards  qui en avaient pris connaissance. Ceux-ci y ont vu une opportunité à ne pas rater vu les nombreuses potentialités et retombées positives (sur le plan touristique, économique, environnemental..). Le projet a obtenu rapidement l’appui d’universitaires, d’Inter Environnement Wallonie (IEW), de Natagora … et l’intérêt de la Région Wallonne dont le cabinet du Ministre René Collin. De plus, dans le cadre d’un groupe de Réflexion, plus de 35 experts - professionnels du tourisme, de la gestion forestière, de la chasse, de l’économie locale, de la biodiversité, de la sylviculture, du développement durable, de la culture, du marketing, de la communication… ont déjà débattu de 20 projets pour construire et promouvoir le futur de « Nassonia ».

Il est important de signaler (ou de rappeler) qu’aux yeux de spécialistes, le projet Nassonia comporte une série d’atouts majeurs, cumulés, qu’on ne retrouvera pas ailleurs :

- une forêt publique de grande surface, dans un massif forestier largement public lui aussi

- un pourcentage tout à fait significatif en Natura 2000

- une masse de données scientifiques, cartographiques, foncières accumulée durant le Projet de Gestion Intégrée (PGISH) ainsi que durant les 35 années de gestion des Chasses de la Couronne

- l’expérience de restauration d’habitats naturels du LIFE Tourbières (2003-2007)

- la proximité immédiate du territoire domaniale de la forêt de St-Michel-Freyr

- la proximité des domaines provinciaux du Fourneau St-Michel et de Mirwart

- l’expérience déjà bien entamée d’ouverture rationnelle de la forêt au public dans ce massif : 7 aires de vision et l’accueil au brame

- la présence d’un CRIE axé sur la thématique forestière

- un contexte local DNF très ouvert à l’idée de cette gestion « partagée »

- le caractère très accessible du massif encadré par la E411 et la N4

Aucun massif forestier wallon n’agglomère autant d’atouts, concentrés sur une pareille surface géographique. Ces caractéristiques exceptionnelles ne font qu’amplifier l’incompréhension si pareil projet devait être gelé sous la pression de considérations plus personnelles.

Après avoir manifesté un grand intérêt pour le projet Nassonia au point de signer un pré-accord avec la Fondation Pairi Daiza, le bourgmestre  de Nassogne a demandé une expertise et une estimation des revenus potentiels de la partie de la forêt correspondant au projet Nassonia, aux Facultés agronomiques de Gembloux (FAG))  . L’analyse des FAG aujourd’hui est entre les mains du bourgmestre mais  les estimations n’ont toujours pas été communiquées au Conseil communal.

Pro Nassonia continue à espérer que cette  lenteur de décision  ne conduira pas le projet  à l’échec car – c’est un premier sujet d’inquiétude -  la Commune va lancer  dans les toutes prochaines semaines  un cahier des charges de location de chasse pour un éventuel nouveau  bail de 9 ans pour les lots  qui concernent Nassonia ; Ce qui  scellerait dès lors la fin du projet Nassonia. 

Un autre sujet de grande inquiétude est l’état de la forêt de Nassogne en regard de la gestion cynégétique. Peu de citoyens en sont conscients et pensent de bonne foi que la forêt est en bonne santé.  La réalité est tout autre, notre forêt se trouve dégradée par une surpopulation de grande faune. L’équilibre souhaité « faune-flore » est loin d’être respecté.

Les chasses commerciales telles que pratiquées depuis des dizaines d’années sur le territoire en sont la cause, entraînant une surpopulation de sangliers. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’objectif principal d’une chasse commerciale n’est pas la régulation de la faune sauvage pour la  protection du milieu forestier, mais plutôt la gestion d’une population d’animaux de tir pour le plaisir des actionnaires.

Le nourrissage en forêt, corollaire à ce type de chasses,  diminue très fortement la régulation naturelle hivernale et augmente parallèlement le taux de reproduction des laies (plus d'une portée par an, plus de jeunes par laie, maturité sexuelle atteinte plus tôt, etc...).  Le sanglier est le principal prédateur de la nature en forêt lorsqu’il est en surnombre. Ces surpopulations ainsi entretenues entraînent des conséquences écologiques (mise à mal de certaines espèces protégées, tant animales -oiseaux , batraciens et petits mammifères nichant au sol - que végétales) mais aussi  un défaut de régénération naturelle  (impossibilité totale, par exemple , de régénérer le chêne et d'autres essences ); les suidés ont en outre besoin de fouiller les sols pour y trouver des vers et vermines ,ce qui éradique toute régénération naturelle (dégâts au sol dont les prairies entre autre). Les suidés entrent alors en concurrence alimentaire avec les cervidés, qui se mettent à attaquer à l’écorce des arbres pour se nourrir. (Principalement dans les résineux, en écorcements par morsures et frottis).

La forêt de Nassogne contient encore quelques grands chênes datant de l’époque du loup, mais plus aucun semis naturel n’arrive à maturité. Il en est de même pour les érables et les frênes, pourtant parfaitement adaptés à la situation.

S’il en fallait encore des preuves, le DNF (Département de la Nature et des Forêts) place des « enclos-exclos »  dans les forêts, petites clôtures de hauteur 1,20 m empêchant  l’accès du sanglier où, par comparaison de la végétation en et hors clôtures, il est possible de mesurer l’importance de la pression du gibier. Ces comparaisons sautent aux yeux de tout profane en sylviculture… Il faut le voir pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Ces clôtures permettant l’accès aux cervidés (capables de sauter plus haut et de venir s’y nourrir), les pousses et buissons à l’abri des sangliers servent de nourriture aux cerfs et malgré cela, des jeunes pousses peuvent s’y développer.

A noter que le nourrissage, outre le fait qu’il dynamise les populations de sangliers, n’évite pas les dégâts en plaine (ceux-ci ne sont pas propres à la commune de Nassogne) et encore moins en forêt !

C’est pourquoi pour Pro Nassonia, l’heure est venue désormais de prendre les décisions qui s’imposent sur l’avenir à donner au  projet « Nassonia ». C’est la seule voie  pour mettre fin entre  inquiétude et confiance qui y trouvent place dans une croisée des chemins qui fixera la direction que compte prendre définitivement la Commune de Nassogne pour l’avenir de ses citoyens et de…sa forêt.

photo degats sangliers.jpg

Ci-dessus : dégâts de sangliers.

photo écorçage par cervidés.jpg

Ci-dessus : écorcage par cervidés

photo chauches Nassogne 4.JPG

Ci-dessus : Chauces

photo enclos.jpg

Ci-dessus : enclos et différence entre dehors et dedans

Note du blogueur : j'ai personnellement demandé officiellement à la Commune de Nassogne (via le site transparencia.be) qu'elle me communique les résultats de l'étude de Gembloux Agro-Bio Tech à propos de la valeur de la Forêt de Nassogne pour en faire profiter toute la population. Cliquez ici pour la découvrir : https://transparencia.be/request/compte_rendu_de_lexpertise_de_ge

La demande a été faite le 24 mars, et à ce jour, je n'ai toujours aucune réponse, positive ou négative.

Catégories : Nassonia Lien permanent

Commentaires