Real Time Web Analytics

Oui Nassonia va se faire !

Pin it!

20161116_101633.JPG

Oui Nassonia va se faire, c’est que Charles Piette, de Pro-Nassonia, a annoncé à la presse hier au CRIE du Fourneau Saint-Michel

C’est suite à cela que, ce mercredi, au CRIE du Fourneau Saint-Michel, un comité de réflexion a été créé.

« C’est un peu la suite logique de Pro Nassonia, explique le porte-parole du jour, Charles Piette. Ce mouvement citoyen avait vu le jour pour soutenir la commune de Nassogne lorsqu’elle avait dit oui au projet présenté par Éric Domb. »

20161116_101657.JPGPour le nouveau comité, il ne fait aucun doute « que Nassonia se concrétisera. Il faut laisser les différentes instances (commune, Région wallonne, DNF, Natura 2000…) travailler ensemble, mais le projet est sur la bonne voie. » Il avance même une date de lancement : « dans le courant du premier semestre 2017 ».

En attendant, les citoyens qui forment le comité ne souhaitent pas rester les bras croisés. « Le but est de gagner du temps. Nous voulons nous préparer à proposer des projets concrets lorsque tout démarrera. Éric Domb est d’ailleurs au courant de la création de ce comité. Il nous soutient dans notre démarche, car l’objectif de la Fondation Pairi Daiza n’est pas de faire cavalier seul », assure Charles Piette.

20161116_101713.JPGEn effet, ce comité, la Paira Daiza Foundation l’abordait déjà au point 5 de sa brochure en 10 questions dévoilée sur ce blog le 23 juillet.  Cliquez ici pour voir ou revoir cette brochure.

Les personnes qui composent cette association de fait viennent d’horizons divers. Il y a tout aussi bien des citoyens de la commune, des commerçants locaux, des acteurs du secteur touristique… que des chasseurs, des amoureux de la nature ou des universitaires spécialisés dans les matières environnementales.

La première rencontre mise sur pied ce mercredi a surtout permis à chaque futur membre de se présenter, de mettre également à disposition ses compétences pour le projet. D’ici une dizaine de jours, chaque participant a été invité à émettre ses idées. Des sous-groupes devraient aussi se mettre en place pour développer les différentes pistes. Les échanges se feront essentiellement via une plateforme internet.

Voilà la liste des personnes qui rejoignent ce comité de réflexion. La date de cette première réunion ayant dû être modifiée, tous n’étaient malheureusement pas présents, mais ont donné leur accord à entrer dans le comité :

  • Charles Piette — Pro Nassonia
  • Gérard Jadoul — Solon (excusé)
  • Christian Dave — CRIE
  • Jean-Pierre Bieuvelet — massif forestier Saint-Hubert
  • Joëlle Huysecom — Natagora
  • Marc Knaepen — Développement durable
  • Michel Tondu — Chasse
  • André Magerotte — Acteurs économiques locaux
  • Simon Linard de Guertechin — Entreprises forestières
  • Luc de Walque — Gestion forestière
  • Els Merlot — Tourisme, Ourthe et Somme
  • Nicolas Alberti — Tourisme
  • Francoise Scheepers — Tourisme
  • Dominique André — Tourisme
  • Josiane Baudrux — communication/médias
  • Philippe Corbeel — Naturalistes de la Haute Lesse (excusé)
  • José Layon — Employé DNF, est là à titre personnel
  • Eric Domb — Pairi Daiza Foundation — Excusé
  • Marc Dufrene — Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech (excusé)
  • Héloïse Dubois — Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech (à titre personnel)
  • Bernard Surlemont — Communauté scientifique, Université de Liège (excusé)
  • Philippe Moës — Photographe
  • Thierry Mulders – Agriculture, élevage
  • Viviane Tenret — Culture
  • Patrick Gavage — Mouvements de jeunesse (excusé)
  • Didier Serteyn — Mont-le-Soie Le Cheval Ardennais (excusé)
  • Guy Lozen, Yves Collignon, Delphine Haesert, Térèse de Halleux — représentants citoyens
  • La FTLB et le Fourneau Saint Michel sont très favorables, mais sont dans l’attente d’une rencontre entre la Pairi Daiza Foundation et la Province, rencontre qui, d’après mes infos, aurait eu lieu il y a peu.

Voir La Meuse Luxembourg de ce 17 novembre 2016.

Commentaires

  • ce qui surprend dans ce comité dans sa composition, c'est de voir très peu d'acteurs locaux , des personnes du terroir, des vrais ardennais qui sont DE L'ENDROIT, enfin ... on verra..

  • Si vous savez compter, il y en a seize qui sont de la commune de Nassogne !

  • Bonjour,

    Retenu par une autre réunion, mais n'étant pas concerné au premier degré, je me contente de prendre connaissance des publications via les réseaux sociaux.
    Il ne m'appartient pas de juger des compétences des personnes en présences , mais je souhaite mettre un frein au pseudo représentants des citoyens. je m'insurge contre le droit que les personnes " auto-proclamées" se déclarent " Représentants des citoyens".
    Tant j'approuve l'initiative des "Pro-Nassognia " tant je déboute les pseudos représentants des citoyens - "Rendons à César ce qui appartient à César"- Respectons les procédures - je suis profondément désolé de voir que des personnes se déclarent représentantes sans s'être manifestées et avoir approchés les citoyens ( Carte rouge) .
    Les initiatives personnelles ne constituent pas des motivations .
    Sur base de présentations sur le réseau sociaux , on peut prendre conscience de l'étendue du projet, sa réalisation, ses impositions et les investigations.
    Attendons de voir les propositions de tout un chacun et de voir si les aboutissants restent en symbiose avec les besoins.

  • ou avez-vous lu que pro-nassonia ou bien le groupe de réflexion organisé en son sein étaient des représentants des citoyens? c'est juste un mouvement de citoyens, un groupe de personnes qui se reconnaissent dans la philosophie de ce projet: http://www.iewonline.be/spip.php?article7912

  • @ Mami Weyders : help svp que signifie la phrase : " les initiatives personnelles ne constituent pas des motivations" ? je ne parviens pas à en saisir le sens. Et : "Attendons de voir les propositions de tout un chacun et de voir si les aboutissants restent en symbiose avec les besoins" = Assis confortablement dans notre fauteuil, regardons les travaux des autres pour pouvoir juger et critiquer à l'aise ? en fonction des besoins de qui ?

  • je viens de lire qu'en effet il est indiqué représentants citoyens pour 4 personnes. Cela demande des éclaircissements. il s'agit sans doute d'une mauvaise tournure de phrase qui voulait seulement dire "locaux voulant s'impliquer dans ce projet mais sans casquettes particulières"

  • "... Les personnes qui composent cette association de fait ...."
    Je ne sais si chacun de ceux repris à la liste ci-dessus ont saisi la portée de ce "association de fait" ? Dans une association de fait, tout membre est solidairement responsable des conséquences civiles de quelque acte commis par quelque membre de l'association de fait, y compris à devoir répondre de l'indemnisation des dettes ou dommages, y compris par la saisie de ses biens personnels, de quelque acte commis par quelque membre de l'association !!
    C'est ce qui est arrivé à la suite des "Jeux sans frontières" faillis dans la commune voisine de Rochefort, voici une trentaine d'années: les dettes engagées aveuglément par un comitard, sans l'accord préliminaire des autres, ont néanmoins provoqué la faillite de plusieurs autres comitards !!

    Sur le fond du dossier Nassonia, les personnes de ce comité s'engagent-elles toutes à agir pour faire respecter la législation existante en matière de code forestier, particulièrement respecter le principe de la gestion des bois communaux par le seul et unique pouvoir communal, bourgmestre, échevins et conseillers communaux, assisté techniquement pour la mise en oeuvre par les agents de la DNF? S'engagent-ils à œuvrer pour faire respecter les procédures règlementaires en matière de concession de locations de chasse et surtout de concessions d'abattage par ventes/soumissions publiques? S'engagent-elles à respecter toutes les prescriptions du CWATUP relatives aux édifications en zone forestière?
    S'engagent-elles également à ce qu'il n'y ait aucune exploitation commerciale du tourisme doux proposé?
    Poser ces questions, n'est-ce pas au demeurant virtuellement y répondre? Quid alors de la ligne directrice du "Projet Nassonia", qu'en reste-t-il?

    Pour le solde, faire des bois de Nassogne, ou du moins d'une partie de ceux-ci, un laboratoire expérimental est une bonne initiative à négocier avec le propriétaire de ces bois, la commune et le gestionnaire technique, la DNF, le propriétaire restant maîtres des décisions à tout moment dans le futur y compris le renoncement à continuer l'expérience et restant aussi le seul et unique bénéficiaire des revenus nés de la forêt, son bien !!
    Cette expérimentation doit également prendre cadre dans un plan d'expérimentation à bien plus grande échelle pour avoir quelque valeur scientifique : la même expérience doit être répétée sur un nombre de sites diversifiés répondant aux exigences des statistiques.

    Puis-je enfin souligner que participer à un pareil groupe de réflexion sur le devenir des forêts de Nassogne me parait impliquer qu'un cadre juridique soit apporté aux activités de ce groupe de réflexion et d'influence, cadre dégageant la responsabilité personnelle des membres !

  • Monsieur Dehove
    A lui seul l' article 54 du code forestier wallon suffit déjà pour annihiler ce que vous soulevez comme problèmes juridiques.
    Pensez vous que l' article 1er de ce code était respecté ces 20 dernières années ?
    Pourriez vous m' aider à retrouver l' article de loi interdisant aux communes de faire gérer leurs bois par quelqu'un d' autre que la DNF ?

Les commentaires sont fermés.