Real Time Web Analytics
Pin it!

Les édiles de Nassogne ne sont-ils pas en train de louper quelque chose ?

nassonia.jpg

Le projet Nassonia n’avance plus... Les édiles communaux semblent le ralentir...

Eric Domb, contacté ce matin, semble très négatif. Voilà ce qu’il me dit :

Je ne vous cache pas que la motivation de notre équipe est au plus bas et que nous envisageons de refermer le projet sur le territoire de Nassogne.

Nous nous étions énormément investis et nos batteries sont à plat.

Le seul commentaire laissé sur votre blog est celui de l’ancien garde-chasse. Il est tellement idiot que j’espérais au moins quelques réactions des Nassognards qui se disent favorables au projet.

Je suis repassé hier par le centre de Saint-Hubert, de Nassogne et par le Fourneau Saint-Michel. Cela m’a fait penser aux villes fantômes américaines après l’échec de la ruée vers l’or. Tout est mort, ou presque (pas entièrement tort, il faut le reconnaitre NDLR).

Et pourtant, il faudrait juste un peu de courage et d’ambition pour que ces lieux fassent à nouveau la fierté de la Wallonie tout entière.

Notre fondation d’utilité publique n’avait rien à espérer, économiquement parlant, de Nassonia, elle avait bien au contraire, tout à donner. Nous nous proposions de réveiller la belle au bois dormant, dans l’intérêt de la forêt et de tous ceux qui l’aiment vraiment.

Il apparaît que nos efforts ne sont pas réellement soutenus par la population de Nassogne et que personne ne se manifeste sinon pour débiter des âneries. Dans ces conditions, pourquoi s’acharner ?

Essayez de me trouver une seule bonne raison. Moi, je ne cherche plus.

Bien cordialement,
Eric

Voilà, si vous êtes pour ce projet, il vous appartient de commenter ceci pour remonter le moral de Monsieur Domb.  Faites vos commentaires sur ce blog et non pas sur la page Facebook, SVP.

Plus d'infos très prochainement sur les raisons de l'échec de ce projet, si c'est le cas.

Commentaires

  • Etant Mirwartois, et donc techniquement habitant d'une autre commune, je suis persuadé que ce projet pourrait avoir un impact très bénéfique sur la région entière, qui en a par ailleurs bien besoin. Eric Domb a fait ses preuves en tant qu'entrepreneur alliant intégrité et imagination. Allez les Ardennais, assez de frilosité! Si nous saisissons cette opportunité, nous ne le regretterons pas!

  • Monsieur Domb, Eric, si je puis me permettre. Je suis de tout coeur pour votre projet.Le village de Nassogne et environs est malheureusement en train de s'éteindre, de devenir un dortoir or,je l'ai connu plein d'animations de tous genres et excusez-moi l'expression, "tout fout le camp". Je ne sais pas si le problème vient de nos édiles communaux ou d'ailleurs, mais je sais une chose, il ne faut pas laisser tomber votre projet !! Il semble, en lisant votre fascicule, très ouvert à beaucoup de possibilités .Peut être une rencontre avec les villageois pour qu'ils fassent votre connaissance et vous donner leur donner confiance en l'avenir serait favorable. Les Ardennais sont, je le pense; des personnes très attachées aux traditions et ont peut être des craintes à accepter les nouveautés, mais je reste persuadée que vous leur démontrerez et transmettrez votre volonté de réussite à laquelle je crois. Vous avez fait de Pairi Daiza un paradis où tous les rêves sont permis alors pourquoi pas Nassonia. Croyez, Eric, en ma considération et en ma foi envers votre projet. Dominique

  • Bonjour à tous et toutes, bravo Madame, je partage votre avis, moi quand j'étais gosse, j'allais voir la maison de mes cousins rue de Coumont, il y avait du fumier devant elle comme d'autres, on recevait notre petite goutte, les Nassognards étaient et j'espère toujours fier de leur passé : les Cawets, la ou les saboteries, mais ce passé est terminé. Nous avons la chance d'écrire avec Monsieur Dombs une nouvelle page de notre histoire. Il faut la prendre, que risquons nous ? Rien apparemment sinon un échec. (réversible)
    Avançons svp, n'ayons pas peur, c'est une occasion unique. Que faut-il faire ?? une pétition pour notre Conseil communal ?? Où est le blocage ?? Remuons nous SVP, c'est très important

  • Cher Mr Domb,

    Je suis ravi d'apprendre que je suis un idiot, vous ne m'avez jamais rencontré, ni aucuns citoyens en débat public.Dommage.

    Vous ne me connaissez pas, vous avez reproché à mon ex-patron de vous insulter, que faites vous avec moi et que ferez-vous avec nos mandataires communaux et la population nassognarde si votre projet n'aboutit pas?

    Mes questions sont certainement les bonnes au vu de votre réaction!Et elles sont toujours sans réponse!

    Nous sommes en démocratie, je ne fais qu'exprimer mon opinion par quelques commentaires et j'invite toute personne à me contacter pour partager mon expérience de forestier,d'homme des bois.

    J'ai toujours travaillé pour une ouverture de la forêt aux autres et les responsables locaux le savent comme beaucoup de naturalistes.

    Par contre, votre projet, j'attends de voir et je ne suis pas convaincu vu le flou autour de celui-ci.Le concret n'est toujours pas sur la table.

    Votre main tendue l'était-elle réellement dans un post précédent ou une stratégie pour m'endormir et me faire taire.Je pense plutôt pour la deuxième vu que vous me traitez d'IDIOT.

    Bonne réflexion et bon we à vous, Didier Robe

  • Didier Robe, vous êtes un acteur principal de l'ancienne gestion de la forêt de Nassogne, un connaisseur des moindres parcelles de cette forêt, vous avez la sympathie générale des habitants de Nassogne et villages. Vous êtes un ami personnel à part entière.
    Le chasseur se retirant, vous croyez peut-être perdre le contact et tout le job que vous avez assuré avec amour... Je crois qu'il n'en est rien, et que votre rôle essentiel a toute sa place dans le projet d'Eric Domb. Ne la refusez pas, on aura toujours besoin de vous, vos connaissances, vos compétences, votre accueil et votre sympathie. Il n'y a rien à perdre !

  • Monsieur Robe,
    Je n'ai pas écrit et je ne pense pas que vous soyez idiot.
    Je faisais allusion à vos propos.
    Je suis d'avis que vous manquez d'impartialité et que vous n'avez pas pris la peine d'examiner sereinement notre projet sans chercher compulsivement à le combattre. La façon dont la chasse est organisée depuis des années dans la forêt que vous prétendez aimer appartient à un autre âge, mais vous manquez de recul et d'objectivité (on ne mord pas la main qui vous nourrit). Pour le reste, je ne peux que vous encourager à sortir plus souvent de cette forêt et à regarder autour de vous. A demander aux aînés du village et des alentours s'ils ne regrettent pas les Nassogne et Saint-Hubert de leur enfance, avec leurs petits commerces, leurs restaurants, leurs hôtels, et de l'avenir pour les enfants du pays. Alors, s'il vous plait, plutôt que d'aboyer au loup, réfléchissez , réfléchissez encore... Bon we, eric d.

  • Tout point de vue de bonne foi a le mérite de faire avancer le débat et il est en effet maladroit de la part M. Domb de s'exprimer de la sorte sur l'avis de M. Robe. C'est probablement l'émotion qui parle.

    Ceci étant dit, nous sommes nombreux autour de moi à penser que ce projet tient vraiment la route, qu'il est le produit d'une vision claire, ambitieuse et optimiste. Il est normal que les habitants s'interrogent, hésitent, se tâtent. Ce type de projet n'a encore nulle part été mis en place en Wallonie. Mais les garanties sont là. Les avantages pour la région entière seront énormes. Osons être à l'avant-garde!

  • En tant que jeune citoyenne du territoire, je me questionne, je m’interroge. Quel avenir nous reste-t-il aujourd’hui à l’heure où les prémisses d’un projet de développement local, pérenne et sociétal comme « Nassonia » semble sur le point d’avorter. Quel signal nous envoie-t-on ? Que devenons-nous comprendre ?

    Monsieur Domb, entrepreneur éthique et visionnaire dont le professionnalisme et la droiture est de notoriété publique, nous propose ni plus ni moins une collaboration concrète et réaliste avec des moyens et un savoir-faire pour mettre en valeur et préserver de façon innovante et respectueuse ce qui nous est le plus cher : Notre forêt.

    Le dédaignons-nous avec arrogance ?

    Si vraiment ce projet est sur le point d’être jeté aux oubliettes pour de basses raisons politiciennes, de gros sous ou d’intérêts individualistes et bien cela serait tout simplement scandaleux et révoltant. Mais surtout irresponsable et indigne pour notre planète et les futures générations.


    Il n’est pourtant pas difficile d’imaginer la multiplicité et la diversité d’activités tout autant éco-responsable que le projet « Nassonia », qui auraient pu jaillir et se développer autour d’un tel concept. Que ce soit dans le domaine du bois, du secteur du tourisme, de l’habitat, de l’artisanat. Tant de nouvelles perspectives de réalisations professionnelles pour nous les jeunes en ruralité !

    A l’heure où notre monde en quête de sens, cherche de nouvelles alternatives de gestion de notre terre, de nouveaux modèles économiques plus collaboratifs, manquerions-nous d’audace, d’imagination, de courage ?

    Je n’ose le croire.


    Monsieur Domb n’est pas ici pour nous donner des leçons, il tente juste d’avancer avec nous, dans le bon sens, collectivement. Il l’a suffisamment démontré en se rendant disponible, transparent et à l’écoute de chacun.

    Au cynisme, à la mauvaise fois, à l’individualisme au détriment d’un éco-système tout entier je m’oppose.

    Nous les jeunes, ne nous lâchez pas !

  • En tant que jeune citoyenne du territoire, je me questionne, je m’interroge. Quel avenir nous reste-t-il aujourd’hui à l’heure où les prémisses d’un projet de développement local pérenne et sociétal comme « Nassonia » semble sur le point d’avorter. Quel signal nous envoie-t-on ? Que devenons-nous comprendre ?

    Monsieur Domb, entrepreneur éthique et visionnaire dont le professionnalisme et la droiture est de notoriété publique, nous propose ni plus ni moins une collaboration concrète et réaliste avec des moyens et un savoir-faire pour mettre en valeur et préserver de façon innovante et respectueuse ce qui nous est le plus cher : Notre forêt.

    Le dédaignons-nous avec arrogance ?

    Si vraiment ce projet est sur le point d’être jeté aux oubliettes pour de basses raisons politiciennes, de gros sous ou d’intérêts individualistes et bien cela serait tout simplement scandaleux et révoltant. Mais surtout irresponsable et indigne pour notre planète et les futures générations.


    Il n’est pourtant pas difficile d’imaginer la multiplicité et la diversité d’initiatives et de projets tout aussi éco-responsable que le projet « Nassonia » qui auraient pu jaillir et se développer autour d’un tel concept. Que ce soit dans le domaine du bois, du secteur du tourisme, de l’habitat, de l’artisanat. Tant de nouvelles perspectives de réalisations professionnelles pour nous les jeunes en ruralité !

    A l’heure où notre monde en quête de sens, cherche de nouvelles alternatives de gestion de notre terre, de nouveaux modèles économiques plus collaboratifs, manquerions nous d’audace, d’imagination, de courage ?

    Je n’ose le croire.


    Monsieur Domb n’est pas ici pour nous donner des leçons, il tente juste d’avancer avec nous, dans le bon sens, collectivement. Il l’a suffisamment démontré en se rendant disponible, transparent et à l’écoute de chacun.

    Au cynisme, à la mauvaise fois, à l’individualisme, au détriment d’un éco-système tout entier je m’oppose.

    Nous les jeunes, ne nous lâchez pas !

  • Cher Monsieur, vous êtes un entrepreneur idéal de ce genre de projet, la ténacité et la réussite à la clé. Le chasseur a refusé votre rencontre sur RTL,.. il était perdant. Faites-la sur place avec les habitants de Nassogne, sachant une certaine apathie bien ardennaise. Vous avez le pouvoir de convaincre, je le crois. Pour la Commune, à qui le revenu financier est primordial au-delà même de l'attrait touristique de la forêt, il y a l'avantage d'un revenu constant et régulier (son montant est sans doute le noeud gordien de l'affaire), plutôt que sujet à la fluctuation des prix du bois et des possibilités de ventes par le DNF. Pour les voisins propriétaires dont je suis, l'avantage d'un équilibre à retrouver entre flore et faune. Pour la forêt et son développement durable qui actuellement, souffre des morsures et frottis de la grande faune, autant que de l'abroutissement des semis naturels, au point que plus une seul petit chêne ne survit... À condition de ne pas négliger la production ligneuse en son rôle forestier essentiel, de savoir aussi que la qualité du bois dépend de notre sol humide et pauvre à alt. 500 m, sans sylviculture extensive, et de pouvoir en gérer l'ouverture à tous de manière limitée et ciblée, Eric Domb, vous êtes une providence pour notre forêt. On a besoin de vous !

  • Je voulais juste dire ceci à Monsieur Domb : 'Déjà ? cela fait à peine 1 mois et demi que le projet est connu du public. Qu'est ce qui vous bloque tellement ? Les réactions des habitants ? En réalité, il y en a bien peu. L'administration ? Elle est lente, ce n'est pas nouveau. L'incompréhension ? Peut-être, à vous de nous le dire. Et pourtant je peux comprendre votre découragement et celui de votre équipe. Mais vous avez dû en voir d'autres. C'est une question de temps, d'acceptation et de compréhension. Je m'inquiète toutefois que vous traitiez de "propos idiots", du moins c'est ce qui a été rapporté, la réaction de Monsieur Robe qui est somme toute l'expression d'une personne bousculée, qui a perdu son emploi et qui doute, comme beaucoup d'autres dont je ne suis pas.' Je suis très consciente que le rôle multifonctionnel de la forêt rend ce dossier difficile. Et c'est pour cela qu'il prendra du temps. Je vous soutiens entièrement car je pense comme Aude qu' "Il n’est pourtant pas difficile d’imaginer la multiplicité et la diversité d’activités tout autant éco-responsables que le projet « Nassonia », qui auraient pu jaillir et se développer autour d’un tel concept. Que ce soit dans le domaine du bois, du secteur du tourisme, de l’habitat, de l’artisanat. Tant de nouvelles perspectives de réalisations professionnelles pour nous les jeunes en ruralité ! ". Mais c'est vrai qu'il n'est pas facile de prendre la plume et de s'exposer ainsi aux critiques. Allez chers concitoyens, exprimez-vous et posez vos questions, à défaut de pouvoir le faire en face à face.

  • Un projet merveilleux, ambitieux certes (heureusement que certains le sont encore^^)
    Un village magnifique et une forêt aux 1000 trésors, à découvrir ou re découvrir! Pour ma part cette forêt je la connaît presque de long en large et ma petite connaissance de la faune et la flore je ne la doit certainement pas aux chasseurs!!!!!
    Ils ont fait quoi pour nous en fait??? C'est juste entre eux ça, entre gros portefeuille. ..
    je suis gourmande, et j'ai envie d'en apprendre encore plus, on en a l'opportunité pourquoi la refuser????
    Moi je suis pour^^

  • Une seule bonne raison ? il y en de nombreuses :. - oser tester de nouvelles façons de gérer une forêt (plus sélectives, plus rationnelles, plus silencieuses, moins stressantes pour la faune) en harmonie avec l'environnement, la faune, la flore, la diversité. - offrir un terrain d'observation à la nature pour sa régénération et en faire un centre d'études, avec échanges internationaux - concentrer les énergies positives et les compétences des différentes secteurs en présence et en faire une dynamique et une synergie au lieu d'opposer des intérêts personnels. - communiquer sur le projet et montrer une image innovante de Nassogne, susceptible attirer davantage de touristes friands de nature et booster les infrastructures horeca et commerces locaux. ...i y en a d'autres...... Effectivement, si le projet prend l'eau, Nassogne ratera une opportunité qui ne se représentera sans doute avant longtemps.

  • Je suis évidemment pour ce formidable projet! Protéger la faune et la flore, pouvoir régénérer une partie de nos belles forêts, avoir la chance de contempler la nature à l'état "sauvage", admirer l'évolution sans une intervention trop contraignante de l'homme, avoir l'opportunité qu'un homme incroyable tel que Éric Domb ait une idée ô combien réfléchie et construite de créer un petit espace paradisiaque dans nos contrées...il ne faut pas passer à côté! Sans compter les retombées économiques, pédagogiques et culturelles!

  • Monsieur Domb,

    Je suis choquée par vos propos.

    En quelques phrases, vous nous traitez d'ânes et de fantômes sans motivation.

    Vous manquez clairement de respect vis-à-vis des Nassogniards.

    Amoureux de notre village, il est normal qu'on s'interroge sur votre projet dont nous ne savons finalement que bien peu de choses.

    Nassonia ! De quoi parle-t-on exactement ? Les seules informations dont nous disposons sont des rumeurs.

    Si vous avez un projet qui tienne la route, venez donc nous le présenter et répondre à nos questions.

    Il vous reste donc à nous convaincre avec d'autres éléments que des échanges écrits sur les médias sociaux.

    Un dernier point qui m'interpelle : vous êtes découragé après 2 mois. Au regard d'un projet d'une durée de 99 ans, je trouve cela inquiétant !

    Bon Week-end

  • c'est effectivement important de s'interroger, de comprendre, d'être vigilant, d'autant plus lorsque le projet est avant-gardiste et se démarque des pratiques courantes. Mais ces interrogations, questions, vigilance s'exercent-elles avec autant de passion lorsque les territoires sont gérés par des chasseurs ? Se posent-on autant de questions avec autant de suspicion ? Sait-on ce qui s'y passe réellement ? quel genre de chasse ? et suivant quel circuit financier ? quelles retombées pour le commerce locale ? quels plus value pour le village ? La population bénéficie-t-elle d'un accès libre dans les forêts et reçoit-elle un plan d'action concret ? Quant au découragement, avant de le juger, il faudrait en connaître les raisons.

  • Barbara, bonsoir
    Juste ce petit mot pour te dire que si tu avais pris la peine de lire toutes les infos du blog, tu aurais plus que des rumeurs.
    J'espère que ce n'est pas le fait que tu es la voisine de Didier qui te fait parler ainsi.
    Quand au fait que Nassogne est devenue une ville fantôme, Monsieur Domb a malheureusement raison, il n'y a même plus un café.
    Demande à ton père ce qu'il y avait dans sa jeunesse !

  • Une chance unique pour Nassogne. Ce projet est excellent, il vise à créer une nouvelle harmonie dans notre forêt. Que ce soit en matière de forêt, de chasse, de conservation de la nature, de tourisme, il lance de nouveaux défis vitaux pour notre société qui se cherche. Gageons que les édiles communaux y verront tous une opportunité qu'il leur faut saisir.
    Philippe Blerot
    Inspecteur général honoraire du Département de la Nature et des Forêts

  • Désolant.

    Pire ,: sensation d'être perçus par Monsieur Domb comme des "walking dead", qui ne se remuent qu'en cas d'agression ; et encore !

    Personnellement, j'étais enthousiasmé par son projet et je le reste , me joignant quasi sans réserve aux commentaires tellement positifs ci-dessus.

    Ce "Moi, je ne cherche plus", nous tombe dessus sans tout savoir. C'est frustrant, quand l'enthousiasme couve avec relative sérénité ; relative , car on doit imaginer les nombreux obstacles à franchir.

    Je ne peux croire que cet obstacle soit la non visibilité de l 'enthousiasme , qui semblait majoritaire , mais en attente silencieuse des suites en cours .

    Ce ne serait pas sérieux.

    Alors, quel est-il , l'obstacle?

    Pointe-t-il son museau dans le titre de l'article "Les édiles de Nassogne ne sont-ils pas en train de louper quelque chose ?".

    Monsieur Domb, pouvez-vous nous le dire un peu plus clairement, ou plutôt : très clairement ,?

    Car ce quelque chose, nous rêvions de ne pas le louper.

  • c'est exactement cela, il manque des informations pour comprendre ce qui se passe, ou ce qui s'est passé ? qu'est-ce qui freine ? ou qui freine et pourquoi ? L'enthousiasme ne s'éteint pas sans raison.
    L'Administration communale pourrait-elle nous en dire plus ? vu que le projet était soutenu par plus de la moitié des habitants du grand Nassogne, on ne peut pas le mettre de côté sans en préciser les réelles raisons.

  • Personnellement, je suis contre ce projet. Mon avis rejoint celui de Didier Robe. La forêt est la principale source de revenus de le Commune. Est-ce bien intelligent d'en céder la moitié pour 99 ans? Qui sera encore là pour se souvenir de comment elle était auparavant? Personne. Ne serait-ce pas simplement se tirer une balle dans le pied? On entend dire, je suppose que c'est vrai, que Mr Domb donnerait 300 ou 400.000 € par an en compensation; mais tout le monde dit que Mr Domb est un homme d'affaires, donc c'est qu'il est sûr à 100% de faire du bénéfice à court terme, en coupant nos sapins par exemple, c'est ce qu'il se dit aussi, et puis sans vraiment chercher, QUI d'entre vous serait prêt à investir autant d'argent si ce n'était pas dans le but de faire un énorme bénéfice?? PERSONNE! et qu'on ne vienne pas dire que le bénéfice sera réinvesti dans la forêt, puisqu'il veut laisser la nature reprendre ses droits... Et puis pour une société qui a 20.000€ en caisse, ce que je suppose vrai également, il faudra bien aller chercher l'argent quelque part... Et qui dit que dans quelques années, il ne faudra pas payer 34€ de droit d'entrée comme à Pairi Daiza pour aller promener dans notre forêt, et apercevoir un cerf, un chevreuil ou des sangliers, pour aller écouter le brâme du cerf ou simplement pour profiter des barbecues en forêt? Vous croyez vraiment que la forêt va rester ouverte gratuitement à tout le monde comme elle l'est maintenant? Détrompez-vous, ce sera une propriété privée et il faudra bien que l'argent rentre...
    Quand on dit que la forêt sera mieux gérée, qui a dit qu'elle l'est mal pour le moment? Qui d'entre vous sait qu'on fait des clôtures pour éviter les dégâts dans les plantations et les cultures et qu'on griffe les jeunes sapins qui viennent d'être élagués avec un outil spécial pour faire couler la sève et ainsi protéger des dégâts des gibiers et que pendant bien longtemps on mettait du latex forestier ou de la chaux sur la tête des petits sapins pour éviter qu'ils ne soient broutés par les cervidés également? Qui sait que par endroits, on a mit des petites cages au sol au milieu de grandes étendues de myrtilliers pour voir l'influence du gibier, si beaucoup sont mangés? que la faculté agronomique de Gembloux vient souvent faire des prélèvements sur les animaux tués lors des battues? Et qui sait que la chasse est très réglementée, qu'on ne tue pas ce qu'on veut justement pour permettre cet équilibre forêt-animaux comme le dit si bien Mr Domb? C'est déjà d'actualité depuis bien longtemps tout çà et surveillé par le DNF qui gère la forêt. Si les scientifiques de Mr Domb, sont intéressés, la forêt est ouverte à tout le monde et je suis certain que Didier Robe se fera un plaisir de leur montrer tout celà! C' est juste une histoire d'argent, c'est tout!! Et pas réversible, comme certains disent, les arbres abattus, resteront disparus, on n'aura plus que des ruines d'une belle forêt et il faudra des décennies pour en refaire quelque chose. En attendant, pour combler les finances communales, on payera des taxes supplémentaires...
    Pour ce qui est des villes désertes, ce 21 juillet au fourneau St-Michel, il n'était pas évident de se garer tellement il y avait du monde, il y a quelques mois d'ici, au fourneau toujours, il y avait un énorme chapiteau pour je ne sais plus le nom de la festivité, avec les cors de chasse etc, un monde pas possible également, le marché artisanal à Nassogne a un succès croissant d'année en année et se termine chaque fois bien plus tard que les 21h prévues, et ce samedi soir, je me suis rendu à la pizzéria à St-Hubert, c'était bondé et ils refusaient des clients. Et en revenant, j'ai pu constater qu'il y avait encore pas mal de monde au fourneau-St-Michel, sans oublier qu'à St-Hubert chaque année au mois de septembre, il y a le cortège historique qui attire des milliers de personnes... Pas trop mal pour des villes désertes, non? Voilà, il faut ouvrir les yeux, ne pas se laisser avoir!

  • j'ai l'impression qu'une des raisons qui mènent à ce malentendu c'est justement cela : ne plus pouvoir croire que des personnes puissent entreprendre un grand projet sans intentions cachées et sans vouloir dégager de gros bénéfices personnels (sur notre dos ;o) . Cela semblerait trop beau, trop naïf ? Notre perception est faussée parce que nous sommes habitués à ce que tout soit surexploité (les forêts, la mer, les sous sols, la terre, les animaux...) pour rentabiliser vite et bien. Je peux me tromper mais je pense que justement ce projet va à contre sens. Et c'est sans doute cela qui génère autant d'enthousiasme chez certains et autant de défiance chez d'autres (qui ne croient plus en leurs rêves). Avons-nous oublié le slogan des ardennais : "une ardeur d'avance" ? (tiens, à propos, Mr Benoît Lutgen n'avait-il pas promis de le réinstaller ??)

  • Après une première lecture du projet de” Pairi Daiza Foundation”, j’estime que dans les pôles potentiels “Nature et Tourisme” les rédacteurs de ce projet de conversion font preuve de naiveté: il faudra mettre des sacs de poubelles tous les 100m, éviter les dangers d’incendie, diminuer les bruits et réprimer les usages sauvages de quad et 4X4 en application des articles 22 et 23 du nouveau code forestier sur l’accès en forêts des véhicules à moteur avec un gardiennat diurne et nocturne couteux etc... et oublier définitivement le rôle primordial d’une forêt de production ligneuse; d’ailleurs , la structure actuelle des forêts publiques permet de présenter une forêt récréative respectable . . La forêt, affirme DOMB est généreuse dont il faut entendre les besoins: la priorité de ceux-ci doit être d’ordre sylvicole :natura 2.000, pro silva ne sont qu’une facette.
    Dans les deux pôles “forêt de production résineuse durable” , il est utile de savoir que la forêt résineuse d’épicéas sur plateaux ardennais produit un bois de 1ère qualité lorsqu’elle croit à 500m sur sol humide et pauvre et non sur sol généreux ou riche à altitude moindre....Idem pour la production en forêt feuillue : une production feuillue extensive ne peut produire un bois de qualité mais bien du bois à fibres hétérogènes, des gourmands, des noeuds recouverts (élagage)).Nos plus beaux chênes, frênes, érables, merisiers, hêtres sont issus de futaies sur taillis et futaies denses ou de peuplements moins riches mais sur sol moins généreux (Domaniale de ST Michel sur flanc sud). Malheureusement, ce bloc de forêts de Nassogne-St-Hubert est dégradé par la pléthore de gros gibiers imputable à quelques chasseurs irresponsables qui utilisent la chasse pour leur commerce ou leur plaisir. Les forêts feuillues de ces forêts se régénèrent difficilement et de nombreux semis de hêtres prennent l’apparence de bonzaï; Les dégâts d’écorçage des résineux par les cervidés sont importants
    En bref, Monsieur DOMB , merci de tenir compte des véritables besoins des forêts publiques dont la biodiversité via une sylviculture appliquée et surtout la possibilité (revenus) d’un tel bloc de forêts appartiennent aux contribuables de Nassogne . Une multiplicité d’activités axées sur le tourisme en forêts fait perdre à celles-ci ses fonctions premières de l’économie forestière mais aussi celles que sont la captation du C02 à toutes les strates, la production d’oxygène, la protection des eaux potables et de la stabilité des sols et le calme .
    Jacques Poncelet

  • Bonjour Monsieur Haulot,
    Je suis convaincu que si vous prenez la peine de lire la note de présentation de Nassonia, vous trouverez les réponses à toutes vos questions. S'il en subsiste encore, je serai heureux d'y répondre. Belle journée à vous,
    Eric D.

  • Chers Nassognards, à la lecture de certains commentaires, je crois utile de préciser ce qui suit. Mon mot d'humeur adressé en privé à Alain Evrard, administrateur du blog de Nassogne, suite à l'unique commentaire (négatif de surcroît) suscité par notre note de présentation de Nassonia, n'était pas destiné à être diffusé et n'a été publié qu'à sa demande expresse.
    Il exprime, je ne vous le cache pas, une certaine lassitude. Deux mois, c'est court et c'est long. Tâchez de nous comprendre: toute une équipe a travaillé quasiment jour et nuit, sept jours sur sept, pendanr deux mois, pour concevoir un beau partenariat avec Nassogne autour de sa forêt. Et ce, jusque dans les plus petits détails. Soudain, nous avons le sentiment d'être dans l'impasse et que plus rien ne bouge. Il serait injuste de nous reprocher de manquer de respect envers vous car c'est précisément pour vous et votre merveilleuse forêt que nous avons conçu Nassonia. Il suffit, pour vous en convaincre, de prendre la peine de relire, sans parti pris, la note de présentation du projet, publiée intégralement sur ce blog. Celui qui prétend que nous cherchons notre intérêt dans Nassonia ne peut qu'être ignorant (mais nous lui donnons l'occasion d'en savoir davantage) ou de mauvaise foi. Bon dimanche à tous. Eric D.

  • Monsieur Domb,
    J'ai réagi et commenté suite à votre article et commentaires....
    Ma réaction ne figure pas encore sur le blog. Je serais néanmoins enchanter de pouvoir vous rencontrer ayant œuvré dans le cadre des modification du "code wallon" pour les hébergement "de plein air" (directeur de la fédération des campings de Wallonie) et l'évolution du secteur touristique. Intéressé à pouvoir participer à la découverte et au tourisme de demain en accord avec tous les acteurs, règlementations.
    J'ai eu le plaisir de découvrir votre site et présentation sur place de "Pairi Daiza" lundi dernier lors de la réunion IAAPA. Bav, Christian Alard (0465/541864)

  • Monsieur Domb,

    La semaine passée j'ai eu le plaisir de participer à la première réunion (IAAPA) tenue sur votre site (Pairi Daiza) invité par l'organisation dans le cadre de mes fonctions.
    L'occasion de découvrir et en apprendre d'ailleurs sur l'évolution de votre site et philosophie de celui-ci (reçu dans le pavillon chinois).
    Citoyen à Nassogne depuis maintenant plus de 20 ans, c'est avec intérêt et curiosité que j'ai eu échos de votre projet il y a peu. Actif dans le secteur touristique et hébergement de plein air, je suis - depuis plusieurs années - fervent défenseur de nos belles régions et ai participé à de nombreuses discussions afin de faire évoluer nos infrastructures et mentalités (modifications du code wallon). Convaincu du potentiel de nos régions et synergies à établir, je suis comme bcp dans l'attente d'en savoir plus à ce sujet.
    J'imagine en outre que vos démarches ont déjà pris du temps mais la mise en œuvre et communication de vos projets est dans sa phase initiale. Il serait bon de mettre en rapport les personnes "témoin" en fonction de leurs fonctions et qualité afin de pouvoir évaluer le potentiel en accord avec tous les acteurs, règlementations et autre paramètres du tourisme et respect de la nature de demain. Tout projet innovateur souffre de critiques et après un délai si bref de la découverte de l'information, il est bon de ne pas vouloir laisser tomber toute approche à ce sujet. Je connais diverses personnes (ornithologue, forestiers...) qui sont d'ailleurs de mon avis.
    J'espère donc vivement en savoir plus et vous voir motivé à l'idée de pouvoir rencontrer des avis positifs et avoir échos des détails de votre démarche.
    Et je dois avouer être d'accord avec vous sur le "déclin" des activités des infrastructures, des villages avoisinants. Je vous invite dès lors à prendre contact et pouvoir en parler de vive voix.
    Au plaisir de vous entendre. A votre disposition....

  • Monsieur Domb, Eric, est ce que j'en dirais trop si je vous affirmais, que mis à part votre fascicule d'ailleurs magnifique --> autant par sa rédaction, présentation, que par ses photos etc (et que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire) je n'ai, en tant que villageoise, vu ni entendu aucune réaction de nos édiles communaux. Pas de toute boîte, pas de "référendum"venant de la part des personnalités communales(c'est vrai qu'en Belgique, le référendum est un mot très peu connu voire inusité) tout se fait dans l'ombre. Or, nous sommes, nous villageois directement concernés par ce changement de vie. Nous savons seulement qu'ils attendent des réponses à leurs questions (sans doute légitimes) au point de vue juridique. Réponses qui doivent venir de "l'Administration" -> vous savez comme nous tous que nous sommes en période de vacances, donc déjà en temps normal c'est très long, tout ceci requiert de la patience .... n'abandonnez pas si vite un projet auquel vous avez, d'après vos dires et je vous crois, autant travaillé. Merci de me lire. Dominique

  • Monsieur Domb,

    comme une bonne tranche de la population, votre projet, non seulement j'y crois, mais en plus, et pour les mêmes raisons que ses défenseurs, je le juge nécessaire. De plus, que quelqu'un avec un parcours comme le vôtre s'intéresse à notre région est un gage de sérieux et une chance pour notre commune. Vous êtes la preuve qu'aujourd'hui encore il existe des gens qui ont l'esprit d'entreprendre, de créer et d'avancer malgré les difficultés. Alors, de grâce, soyez fidèle à votre image et n'abandonnez pas.
    J'imagine que ce n'est pas la première fois que vous rencontrez des obstacles dans l'élaboration d'un projet (d'après vos interview, Pairi Daiza n'a d'ailleurs pas été une promenade de santé ).
    Il est vrai que Nassonia implique une remise en question de la gestion de la forêt ainsi que des mentalités. Cela engendre des inquiétudes; c'est une réaction humaine. D'autant plus que peu d'informations officielles ne circulent, mis à part votre dossier que j'ai lu avec beaucoup d'attention d'ailleurs.
    Mais ce manque d'information génère des craintes, légitimes lorsqu'il s'agit d'emploi (j'ose d'ailleurs croire en votre sincérité lorsque vous tendez la main à Monsieur Robe), et est la porte ouverte aux idées préconçues. Afin de jouer cartes sur table et tordre le cou aux rumeurs, ne serait il pas judicieux d'organiser une réunion durant laquelle vous pourriez exposer votre projet de vive voix et répondre aux interrogations de la population de Nassogne ?

    Excellente journée à vous.

  • En relisant le commentaire de Monsieur Domb (09h14 - dimanche 14 août 2016), un mot me saute aux yeux :

    "soudain".

    Ce mot suffit, pour éclairer le titre de cet article.

    Et en homme courtois, Monsieur Domb ne trahira personne. Il est, décidément , un entrepreneur tout-à-fait respectable.

  • Après lecture de toute ce qui précède et l'enthousiasme quasi général, il apparait que la vraie question est dans le titre : "Les édiles de Nassogne ne sont-ils pas en train de louper quelque chose ?". Ai-je tort ?
    Ces édiles choisis, pour qui nous avons vôté, ne pourraient-ils pas s'exprimer ? Et si finalement, ils ne rejoignent pas l'avis majoritaire (moins un), nous dire où se trouve la pierre d'achoppement. Où diable se trouve le blocage ? N'y a-t-il que l'argent qui compte ? Une offre mirobolante providentielle de qui vous savez ? Une révision obligée du cahier des charges de la chasse ? Un refus de changer les habitudes ? Crainte d'une confrontation publique, Eric Domb présent ? Élections en 2018, c'est bientôt... ?
    Messieurs les édiles, bon sang... expliquez-vous !

  • Et nous apprenons en ce moment que le prochain Conseil Communal a établi son ordre du jour SANS MENTION de NASSONIA... alors qu'une promesse avait éét faite, si je ne me trompe. Pas un mot ; c'est honteux !
    Messieurs... de qui se moque-t-on ? C'est un très lourd silence que vous entretenez.
    Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les échevins et conseillers, avec tout le respect que je vous dois et que j'ai pour vous, vous nous décevez profondément. J'en appelle à votre mandat et à la responsablité que vous avez choisie et acceptée. Vous vous dites au service des habitants de Nassogne, vous écoutez l'avis de vos concitoyens, vous entendez leur enthousiasme, et qu'en faites-vous ? Vous ne répondez plus aux questions. Aux oubliettes jusqu'en 2018... Le téléphone est coupé. Est-ce là de la transparence ?
    Y a-t-il une question financière qui vous arrête ? Je témoigne en connaissance de cause que même avec une chasse à 100 €/ha.an, ajoutée à la vente des bois sur 1548 ha (moyenne bon an mal an sur 20 ans, pondérée par la surface et l'indice des prix), le rendement économique est largement inférieur aux 400 000 €/an offerts par la Fondation Parai Disia, qui en a les moyens durablement. Interrogez donc les banques, si vous n'y croyez pas ! Quand la Fondation fait ses comptes (et ils sont faits...), elle sait que le bilan est en perte. Ce n'est pas son objectif d'engendrer des bénéfices. Qui l'a compris ?
    Y a-t-il une question sur la gestion patrimoniale, et la santé de la forêt ? L'actuelle situation est fort mauvaise, très mauvaise même. Les écorcements et abroutissements sont inacceptables. Que quelqu'un nous montre en cette forêt une seule placette où le semis de chênes a prospéré ! Il reste oui des beaux chênes centenaires datant d'une saine gestion, mais aucune régénération. Cela, malgré clôtures, gardiennage et protections diverses.
    Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs, je comprends la déception de Monsieur Domb qui a joué cartes sur table, qui nous a fait une proposition en or, qui répond aimablement à toutes nos interrogations,... déception que je partage car votre décision est prise et sans appel... Il n'y a plus aucun espoir ! Aurions-nous seulement la chance de savoir pourquoi ? Merci de votre attention.

  • Bonsoir,
    Nassogne serait-elle un autre Cloche merle ? A l'heure de l'ouverture des consciences vers la sauvegarde de la nature, faune et flore confondues, peut-on se permettre de passer à côté d'une telle opportunité ? La renommée de Nassogne "havre de paix" vous semble-t-elle si bien si bien assise ? Qu'est-ce qui est fait pour redynamiser l'activité touristique, pour donner de l'espoir aux jeunes ? Je suis pour le référendum mais encore faut-il "qu'on" ait le courage de l'organiser...

  • La réponse à toutes les questions qui se posent est simple et il n’y en a qu’une: le Collège est interdit de toute décision par un monde occulte au plus haut niveau financier et politique qui ne manquent pas si nécessaire d’avancer des menaces graves à peine dissimulées à tout qui se dit proche du dossier Nassonia
    Il ne faut pas chercher plus loin, il n’y a rien d’autre…
    Ce milieu est très puissant. Les projets sociétaux ne les intéressent pas. Seul le maintien de leurs privilèges compte. Et pour cela ils sont prêts à TOUT. Je dis bien TOUT. Et un certain monde politique au plus haut niveau, sous leur emprise financière, les accompagne dans leur macabre intention.
    Je suis persuadé que le Collège Communal est favorable au projet Nassonia mais est tétanisé par ce qui précède. Ne nous trompons pas d’ennemi. Les gens à sortir du bois sont ailleurs. Ayons la perspicacité de le savoir…
    Notre seule chance : une réaction citoyenne forte de la communauté de Nassogne qui appuie le projet pour soutenir la Commune et se mettre à ses cotés pour lui rendre la force et le courage de dire « oui »
    J’ai eu l’occasion d’approcher Eric Domb. C’est une personne comme j’ai très peu rencontré dans ma vie. Ses qualités humaines, sa philosophie de vie, sa façon d’envisager les rapports « Homme-Nature » provoquent l’émotion tant tout est riche et cohérent avec le propre vécu de son quotidien.
    Pour ma part je suis prêt à m’investir concrètement et à poser avec quelques uns qui partagent la même opinion, les premiers jalons d’une expression citoyenne qui osera défier « l’Arène » dans laquelle nous sommes.
    Certains diront que c’est du « David et Goliath » et c’est plus que vrai ! Mais n’oublions pas quelle fût la fin de cette histoire…

  • Tout-à-fait d'accord avec vous. J'appuie toute initiative qui va dans ce sens. Dans un pays démocratique, quand une majorité de citoyens appuient un projet, le minimum est de les respecter et de leurs donner des réponses honnêtes. Nous refusons les situations occultes que nous jugeons obsolètes. Si c'est le dossier juridique qui freine (ou bloque), c'est que d'aucuns s'ingénient à y trouver des failles pour assassiner ce projet. Mais comment mettre en parallèle une attribution de bail de chasse classique de 9 ans avec un projet hors norme sans intérêt directement économique mais avec gros intérêts scientifiques, pédagogiques, sociaux et environnementaux de 99 ans ?

  • Je pense que vous avez la vraie réponse à nos questions, mais le détail en reste(ra) inconnu.
    Notre Bourgmestre se trouve bloqué dans son silence par des pressions assez scandaleuses. Nous devons par tous les moyens lui apporter notre soutien dans la décision que - je l'espère - il n'a pas encore prise. Je suis prêt à vous encourager aussi, si vous entamez un référendum ou autre démonstration d'un soutien massif au projet.

  • Au collège communal de Nassogne,
    A Monsieur Quirynen, notre mayeur
    Concerne le projet Nassonia !!!
    J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le projet de Monsieur Eric Domb,
    ce projet est, même s'il demande certes et c'est normal encore des éclaircissements, il représente un réel espoir pour notre belle commune, havre de paix , oui mais aussi village dortoir de Marche en Famenne, maisons secondaires et en voie de devenir surtout désertique au point de vue touristique, De très belles promenades en forêt bien balisées qui font que le touriste épuisé et assoiffé me demande (c'est du vécu) où pouvons nous nous désaltérer ?? Réponse, nulle part, le dernier café du village est fermé, Comment dans ces conditions développer notre tourisme ?? Pourtant nous sommes proche de Rochefort, de Han sur Lesse, de Hotton, de La Roche en Ardenne, Non on préfère laisser aller, On nous offre un projet formidable, une chance unique de sortir Nassogne de son isolement, de sa létargie avec je l'espère la future « Nassonia » et nous citoyens de Nassogne apprenons qu'au bout de deux mois seulement on pourrait abandonner le projet, Raisons inconnues, où est le blocage Monsieur Quirynen ??? NOUS voulons savoir, le dialogue a toujours été la meilleure des politiques,
    Quand j'étais gosse, mes cousins me conduisaient en forêt avec leur voiture, oui le territoire de ce que j'espère la future « Nassonia », un petit coup de claxon et hop, des dizaine de sangliers venaient autour de nous car on les nourrissait à l'époque, Imaginez cela aujourd'hui, je doute que le gouvernement wallon puisse apprécier cela aujourd'hui,
     
    Et donc alors que la petite enquête établie par Monsieur Alain Evrard montre que ¾ des Nassognards sont favorables au projet, nous apprenons que ce projet serait au mieux au frigo, au pire et c'est le cas même pas à l'ordre du jour du prochain Conseil Communal, Ceci est pour ma part inacceptable et à la limite scandaleux,
    J'invite les citoyens de Nassogne de protester vertement contre cette attitude entre autre sur le blog de Nassogne, expliquez nous Monsieur le Bourgmestre où sont les blocages, blocages tellement énormes que ce projet serait quasi abandonné,
    Une pareille chance ne se présentera pas de si tôt, ou probablement jamais plus,
    Dès lors faudra-t-il faire comme certains le suggèrent faire un référendum à ce sujet ??
    Debout les Nassognards, allons de l'avant et tant pis pour le passé, il fut beau mais nous pouvons faire encore beaucoup mieux
    Dr Yves Collignon

  • Monsieur le Dr Y. Collignon, je vous lis avec énormément d'attention et d'intérêts, et c'est la larme à l'oeil que je vous répondrai que j'espérais depuis un moment voir une réaction de nos élus (émotion et espoir purement féminin). Qu'est ce que tout cela cache, qu'est ce que nous ne devons pas savoir .... ? Je trouve que tout ceci sent mauvais et je perds,comme E. Domb, l'espoir face à tant de silences
    Messieurs les élus, Monsieur le Bourgmestre, je me joins au Dr Collignon et s'il vous plait, donnez nous une bonne raison, une seule, pour justifier votre non réactivité face à cette opportunité de nous sortir d'un désert qu'est devenu Nassogne qui survit sans bistrot, ni petite restauration (chapeau bas à nos rares commerçants qui parviennent à satisfaire une demande journalière t ant que faire se peut)
    Nous avons cru en vous lors de votre tour électoral et maintenant à vous de nous prouver le respect de vos valeurs .
    Je suis de tout coeur avec le Dr Collignon et vraiment laisser moi un peu d'espoir : celui de croire que le jour des élections communales, je n'ai pas été bernée. Merci

  • Il y a trente ans j’ai découvert lors d’un stage de Tai-Chi en foret la position « embrasser l’arbre ». Sceptique, je me suis approchée du tronc d’un beau chêne et, suivant les instructions, je me suis enracinée dans le sol. Avec les bras j’ai contourné le tronc à distance, sans le toucher. Dès cet instant j’ai vibré avec lui. Un courant d’énergie est passé dans tout mon corps. Je ne faisais plus qu’un avec lui…
    Aujourd’hui j’habite Nassogne depuis peu (un an). De ma maison j’observe la foret qui m’entoure. Je reste à chaque instant émerveillée par la beauté et la profondeur du lieu. Et maintenant c’est un vaste projet à son écoute qui lui est proposée. Quelle belle réponse à ce qu’elle nous donne au quotidien. Et dire pourtant qu’il y a des gens qui doutent encore. Pire des gens qui veulent la prendre pour eux. Pour eux seuls.
    Je viens de la ville. Peut être certains ici se sont habitués de cette force vivante. Pourtant je sens qu’ici les hommes et les femmes vibrent mieux, sont plus forts. Il y aussi plus de rires qu’en ville… Dans le projet « nassonia » l’Homme et la Nature sont réconciliés dans le respect mutuel des besoins des uns et des autres pour un siècle… seulement !
    Mr Domb ne lâchez pas ; vous êtes le guide et l’ambassadeur d’une large communauté de Nassogne qui se met subitement à rêver de « l’impossible ». Un avenir qui reste jusqu’ici réservé uniquement à quelques uns pour eux mêmes et à d’autres fins. Comme à l’époque du Moyen Âge…

  • Plusieurs commentaires font la demande d'un référendum ou d'un comité de défense du projet Nassonia. Je vous signale qu'il s'est créé un site de groupe sur Facebook qui mérite la plus grande publicité. Le voici :
    https://www.facebook.com/Nassonia-248365152229181
    Il peut soutenir et encourager nos édiles à prendre la bonne décision outre toute menace d'intimidation.

  • Bonjour, j’ai examiné attentivement le projet tel qu’il est présenté.

    La présentation est superbe et attractive entre autre grâce aux magnifiques photos de Gérard Jadoul.

    Quant au contenu même de ce projet, je reste sur ma faim, d’une part il s’agit en réalité d’une belle note d’intention où rien de vraiment détaillé et concret n’est expliqué. D’autre part, certaines actions proposées existent déjà et surtout, une bonne partie de l’amélioration proposée de la biodiversité en forêt de Nassogne est superflue parce qu’à l’exception de la gélinotte, toutes les espèces ciblées sont déjà bien présentes.
    Monsieur Domb ne semble pas avoir pris le temps de se renseigner suffisamment sur l’état actuel de la biodiversité de notre forêt.

    Ci-dessous quelques exemples et remarques :

    - « Production de bois de haute valeur plutôt qu’un volume de valeur moyenne » Faut-il entendre par là que jusqu’à présent Nassogne produit de la médiocrité….. ? Peut-on connaître la recette miracle qui va être appliquée ?

    - « Une chasse qualitative plutôt que quantitative » Qu’entend Monsieur Domb par une « chasse qualitative » ?
    Est-ce dans le mode de chasse utilisé? Ou bien veut-il parler d’une gestion qui produit de beaux trophées? Ou d’une gestion qui respecte l’équilibre des sexes et des âges ? Ou d’une gestion qui respecte l’équilibre environnement-gibier ? Ou veut-il dire qu’il veut diminuer les populations et les maintenir basses ?

    - Pour rappel, la "chasse de Nassogne » est connue et prise en exemple en Wallonie et chez nos voisins français pour l’ouverture de son territoire aux différents acteurs non chasseurs (ramasseurs de mues, photographes, scientifiques,…). Ouverture orchestrée par le titulaire, qui a eu pour conséquence un suivi et une connaissance du cerf mâle nulle part égalée jusqu’à présent et présentée au public lors d’expositions annuelles.

    - « Développer l’appropriation locale par l’exploitation du bois, la régulation de la grande faune, la redécouverte de l’écosystème de la forêt et le tourisme » Tout cela existe actuellement (entre autre au travers du CRIE), il n’y a rien de neuf.

    - « Développer la participation locale …. »
    De ce que j’ai pu voir des propositions de convention, E. Domb tient à reste seul maître à bord et l’avis des autres ne pourra être que consultatif. Sa vision doit primer...
    Est-ce cela une agora ? Ne risque-t-on pas d’être plus proche d’un régime totalitaire que d’une démocratie ?
    - « La découverte de certaines parties accessibles de la réserve intégrale ou des zones restaurées » Cela existe déjà sur le plateau dans les zones restaurées par le LIFE Tourbières.

    - « Le choix d’animaux extraordinaires (highlands, aurochs, ... ) utilisés pour maintenir certains milieux ouverts ou pour assurer la gestion de certains lisières externes élargies (Château du Bois) » C’est déjà le cas (Highlands) et çela n’attire personne. De nouveau, rien de neuf.
    -
    - « Le développement de zones de vision et d’écoute (Mochamps, lignes électriques, les Huttes...) en accès libre ou accès privilégié » Ici rien de neuf non plus, les aires de visions citées existent ou sont en projet depuis longtemps. Petit détail : la construction d’une aire de vision le long de la grand-route (au croisement de la ligne à haute tension), est une idée de l’ancien garde-chasse de la Chasse de Nassogne qui l’a suggéré à Gérard Jadoul, responsable du LIFE ELIA quand le LIFE a été créé. Un accès privilégié signifie-t-il que celui-ci sera payant ou réservé à une certaine catégorie de personnes ?

    - « Le développement de projets de vision non intrusive et de suivi du comportement d’animaux sur le terrain avec des outils modernes (caméras vidéos sur nids, sur des zones de passages, sur des sites fréquentés, voir sur des animaux, safaris virtuels, ...). » L’idée est excellente mais l’offre de ces visions est pléthorique sur le net et ce n’est pas sans danger pour certaines espèces.
    Cette année un des nids de Grand Corbeau du massif a été abandonné suite à la pose d’une caméra par un des conseillers du projet.

    - Pour ce qui est des aires de pique-nique ou de bivouac, il y en a déjà, les sentiers de randonnées sont déjà bien balisés, je n’y vois rien de neuf. La cueillette des myrtilles et des champignons se fait déjà aussi …. Ce qu’il pourrait y avoir de nouveau c’est de rendre ces cueillettes payantes à l’avenir.

    - « Respecter les enjeux promus par Natura 2000 et les processus de certificationdes produits forestiers », c’est déjà le cas. C’est d’ailleurs obligatoire et subsidié à hauteur de 40€ de l’hectare (ce qui fait déjà 60.000 € pour la fondation)

    - « Favoriser des techniques s’inspirant de Pro Sylva pour être plus proche de la nature, » C’est déjà le cas pour une partie du massif.

    - « Restaurer des espaces naturels ouverts ou forestiers (en fct du potentiel naturel et des autres enjeux) par la transformation progressive des résineux «hors-stations» : landes/tourbières mais aussi forêts feuillues rares
    (chênaies - boulaies à trientale) ou moins rares (boulaies) typiques de l’Ardenne » Très bonne idée pour les Houlles et les Huttes mais il m’est arrivé aux oreilles que ces restaurations passeraient par un programme LIFE. Financièrement cela peut être très intéressant pour le propriétaire des sapinières qui ne sont pas en station. Je préfèrerais que cet argent revienne à ma commune plutôt qu’à la Fondation.

    - « Définir des plans d’actions pour favoriser les espèces forestières ou liées aux milieux associés comme la Gélinotte des bois, les différents pics, torcols,
    pie-grièche grise, cigogne noire... » Très bien mais nos espèces forestières se portent très bien (cigognes noires, pics etc …) elles n’ont pas besoin d’aide. La pie grièche grise profiterait éventuellement d’un agrandissement de la zone ouverte par le LIFE Tourbières sur le plateau. Par contre espérer le retour de la Gelinotte est tout à fait illusoire. Ma seule observation locale de cet oiseau date des années 70 et ce n’était pas dans le massif. Elle n’est d’ailleurs plus présente près de chez nous. On ne la trouve plus qu’en Ardenne orientale, en Gaume et en Thiérache et ce n’est qu’en très petit nombre (probablement moins de 50 couples. C’est dans ces endroits qu’il faut agir et non pas là où elle a complètement disparu.

    - Pour ce qui est de la chasse : « Arrêt du nourrissage,• Développement de la capacité d’accueil,• Méthodes de chasse douce (affût, chasse silencieuse...),• Prélèvement accru des femelles ». Ici aussi c’est parfaitement défendable mais il faut savoir que ces méthodes de chasse sont bien moins efficaces en termes de nombre de sorties par animal tiré que les battues à cors et à cris. Les chasseurs seront donc beaucoup plus présents en forêt qu’actuellement (pour la zone proposée, il y avait par an 4 jours de battue et 60 heures de fermetures pour les 10 jours de pirsch) avec comme corollaire que la circulation des autres usagers sera restreinte. De plus, certaines études tendent à montrer que la présence régulière de chasseurs en forêt stresse autant, voire plus les animaux que quelques actions ponctuelles avec des longues périodes de calme entre ces actions. Les animaux ne sont pas idiots, affûtés régulièrement, ils ne se montrent plus ce qui va à l’encontre d’une partie du projet.



    En conclusion, ce projet s’il a le mérite de nous faire réfléchir et nous remettre en question n’amère rien de bien neuf pour Nassogne. Est-ce pour cela qu’on « donne » une partie importante de notre forêt à un étranger ?

    Quelle garantie y a-t-il quand à la pérennité de la Fondation ? Qui peut garantir que si la Fondation disparaît on ne se retrouvera pas avec une forêt ayant perdu une partie de sa valeur sans possibilité de réparation ?

    Eric Domb n’est pas éternel, que se passera-t-il quand il ne sera plus là ?

    Les droits de l’emphytéote sont pratiquement égaux à ceux d’un propriétaire pendant 99 ans. Quelle garantie avons-nous que la note d’intention sera respectée ? Quels recours sont-ils possible ? Ne devrait-il pas y avoir pour le moins une garantie bancaire égale à la valeur des arbres présents aujourd’hui sur ces 1500 ha ?

    Y aura-t-il possibilité pour la commune de Nassogne de prélever des taxes sur les activités lucratives de la Fondation ?

    Cà fait maintenant deux mois que des négociations de déroulent entre nos élus et la fondation. Les imprécisions de la dernière note d’intention (entre autre quant aux surfaces allouées à chaque « action ») et le manque de manque de détail concret donnent une impression de flou artistique. C’est étonnant de la part d’un grand professionnel comme E.Domb. Ne serait-il pas normal de présenter quelque chose de concret à la population, les chiffres réels de ce qui sera alloué à chaque action (réserve intégrale, ouverture des lisières, landes etc …). Quelles seront les activités réellement choisies et surtout il devrait y avoir maintenant moyen de détailler les moyens qui seront mis en oeuvre.

    Notre avenir est engagé, nous avons le droit d’être concrètement et réellement tenu au courant.

    Pour terminer, peut être que pour Monsieur Domb Nassogne et Saint Hubert ressemblent à des villages « post ruée vers l’or ». C’est son point de vue, mais il est certainement plus agréable d’habiter dans ces villages que près d’un jardin zoologique pour lequel les visiteurs saturent les routes le week-end sans qu’il n’y ait de réels bénéfices pour l’ensemble des autochtones.

    Eric Heymans, réalisateur entre autre du film Belgique Sauvage (tourné en grande partie dans notre forêt pour ARTE et la RTBF), collaborateur à l’Institut Royal des Sciences Naturelles et habitant de Nassogne

  • Bonjour Monsieur Heymans, vous êtes un homme de terrain, d'expérience et de compétences dans ce domaine (et aussi homme de caractère ;o) je ne dis pas cela pour vous encenser mais pour justement vous suggérer de participer à la dynamique que beaucoup ressentent dans ce projet. Si cela soulève de l'enthousiasme auprès de nombreux citoyens, ce n'est pas pour rien, c'est qu'ils sont en attente de quelque chose d'autre, d'un autre souffle. Pourquoi ne pas soutenir ce courant plutôt que de le déconstruire ? Vos interrogations sont certainement pertinentes, alors SVP parlez-vous, consultez-vous, renseignez-vous en direct sur la finalité avant de fermer les portes. Vous avez sans doute raison, ce projet peut se peaufiner et évoluer et cela devrait se faire avec l'apport de personnes comme vous. Moi j'y vois une occasion fédératrice à saisir, avec une ouverture vers diverses compétences, avec retombées positives, avec relais intergénérationnels, plutôt qu'une intention de s'accaparer, d'être seul décideur à bord et de générer des bénéfices (ou alors j'ai vraiment très mal lu et mal compris ).
    Et dire que si le bail de ce territoire forestier avait été attribué à un chasseur "plus offrant" russe, chinois, qatari....tout se serait passé si tranquillement....aurait-on même osé parler d'étranger ?

  • Très bien, Monsieur Heymans,

    Votre commentaire, - très exhaustif et fort instructif, je vous en remercie d'ailleurs vivement - confirme que la confidence n'est pas de mise, pour le développement et l'aboutissement (ou non) d'un projet tel que NASSONIA.

    Reconnaissons cependant que , sans ce Blog, (et même avec lui ?), "l'affaire" semble jouée comme une partie de poker dans une arrière salle de café.

    Qu'il n'y a même pas à Nassogne.

    SAVEZ VOUS OÙ ÇA SE PASSE, ET ENTRE QUI ?

  • Je ne suis pas en mesure de pouvoir réagir toutes les fois que mon nom est mentionné dans un commentaire sur ce blog. Que leurs auteurs veuillent bien m'en excuser.
    Le point de vue d'Eric Heymans appelle en tout cas de ma part une mise au point. Sans doute ne faudra-t-il pas lui accorder trop d'importance (je précise pour les distraits: à ma mise au point, non à Eric Heymans) car, après tout, je ne suis, comme le déclare Eric Heymans, qu'un "étranger". Je ne souhaite en tout cas pas revenir sur les différentes considérations développées dans son commentaire. On peut en effet les résumer en quelques mots: "notre" forêt est parfaitement gérée. Ce que propose cet "étranger" est soit inefficace soit existe déjà. Dont acte. Je peux en tout cas le rejoindre sur un point. Si les Nassognards s'estiment pleinement satisfaits de l'état de leur forêt, et qu'ils trouvent acceptable le nourrissage intensif et son corollaire, une prolifération d'un gibier que l'on chasse ensuite à cor et à cri, alors oui, qui suis-je, moi l'"étranger "(mais belge néanmoins) pour y trouver à redire? Aux Nassognards de juger.
    Mais Eric Heymans va juste un pas trop loin quand il se met à attaquer l'étranger sur ses terres. A l'entendre, Pairi Daiza n'aurait pour ainsi dire aucune retombée positive pour les "autochtones". Observons pour commencer le mode de pensée d'Eric Heymans à la lumière de son vocabulaire : il n'est question que d'autochtones et d'étrangers... A le suivre, il ne devrait pas y avoir d'épiceas ou de douglas , espèces non indigènes comme tout le monde sait, dans le massif ardennais...
    Qu'Eric Heymans me permette de le rassurer. A Brugelette, les autochtones ne sont pas en reste: Pairi Daiza est de très loin le premier employeur de sa commune et le premier client de ses entreprises. Le parc verse également à sa commune, outre le précompte immobilier, une redevance annuelle de 275.000 €. Enfin, si cela ne suffisait pas, chaque habitant de Brugelette se rend (gratuitement) en moyenne trois fois par an dans notre parc. Je doute que ce soit par masochisme. Tout ça n'est donc pas si mal comme retombées, quoi qu'en dise Monsieur Heymans. Arrêtons-nous ici: Pairi Daiza n'est pas Nassonia.
    Me revient, au moment de conclure, cette maxime dont j'ai oublié l'auteur: "la peur a détruit bien plus de choses en ce monde que la joie n'en a créées". Bonne soirée, Eric Domb

  • N'ayons pas peur du changement!

    Au diable les règlements de compte à peine dissimulés dans plusieurs discours, qui par ailleurs, se révèlent très intéressants.

    Il est évident que ce projet amènera un vent de fraîcheur sans doute nécessaire à notre belle commune ; certains points, comme ceux évoqués par Eric doivent-être absolument clarifiés. Il serait étonnant et peu probable que nos routes deviennent embouteillées pas des hordes de touristes...par contre, il serait très probable que le projet aide à conscientiser à la beauté et à la fragilité de ce joyau naturel puis à sa préservation .

    En trois mots: Communiquer, sensibiliser, protéger.

    Il s'agit à mes yeux d'une véritable opportunité en matière de tourisme vert et de sensibilisation à l’environnement.


    Puisse ce projet se concrétiser!

  • Rappelons-nous le commentaire de notre concitoyen André Magerotte, craignant "Clochemerle" à Nassogne.

    Prémonitoire !

    L'ordre du jour du prochain conseil communal, aborde la location de 2 petits lots de chasse sur le territoire de Nassogne.

    Qu'en est il du surplus à louer, bien plus considérable que ces 2 lots ?

    RIEN.

    Faisant l'objet d'un projet "NASSONIA", repris dans le feu de l'actualité par les médias et réseaux sociaux, par des pétitions, sondages et débats passionnés, ce projet parait passé à la trappe du noir le plus complet.

    Et cela publiquement, au risque de risées tous azimuts.

    Est-ce bien opportun , pour notre image et ainsi pour notre avenir touristique et économique ?

    Un protocole d'accord est pourtant intervenu, signé pour la Commune de Nassogne , d'une part, et par Monsieur Eric Domb d'autre part, ainsi que par le Baron Benoit Coppée, sollicité à cette fin comme "témoin d'honneur".

    Cela ne peut en rester là, tout en laissant la population dans une expectative aveugle et totale du suivi, et tout en la laissant, avec nos édiles, exposée publiquement à un probable "embarras", (c'est le moins que l'on puisse dire).

    Quelle était la teneur exacte de ce protocole ? Est-il brisé ? Par qui ? De quelle façon ? Pour quelles raisons ? Sous quelles pressions ? Et quelles en seront les conséquences, à prévoir de la part du partenaire pressenti ?

    Il y a urgence à aborder ces questions, publiquement, immédiatement, pour ne pas nous retrouver quelque peu "doublés" et "meutris" , en laissant le sujet aux hasards du temps qui passe.

    Cela commence déjà, avec l'amertume totalement justifiée, de Monsieur Eric Domb, en raison d'un silence opaque qui lui est soudain opposé.

    De quoi ne pas être fier, à Nassogne, qui ne serait pas digne de grands projets, malgré un intense enthousiasme local, et de puissants soutiens .

    Cloche-merle, sans amour-propre ?
    .

  • Mr Heymans, à vous lire « aujourd'hui tout va bien dans le meilleur des mondes »
    J’habite Nassogne depuis 36 ans. Je pratique beaucoup cette foret. Mais j’ai l’impression de ne pas voir la même que vous. Vos compétences ne peuvent être mises en doute, mais le fait de tout rejeter du dossier « Domb » et les propos tenus en final de votre commentaire, montre aussi votre partialité. Pourquoi ?

  • à Monsieur Eric Domb,

    Mes profondes excuses, Monsieur Domb, pour ce "silence opaque qui lui (vous !) est soudain opposé".

    Je n'y suis pour rien, mais j'en ai quand même honte.

    Bien à vous,

  • Monsieur Domb,

    Désolé si je vous ai blessé, quand je parle d’étranger c’est bien entendu « étranger à la commune ». C’est simplement le cas.

    C’est vrai que nous parlons sous le coup de l’émotion mais mettez-vous à notre place : La commune de Nassogne c’est la nôtre, elle ne fonctionne pas si mal et si tout n’y est pas parfait, on y est bien.

    D’un point de vue biodiversité, trois programmes Life de restauration de l’environnement y sont passé et il n’y a qu’à voir le nombre de passionnés d’ornithologie qui viennent l’arpenter pour se rendre compte qu’il y a pire.

    Vous arrivez, dites que vous êtes amoureux de notre forêt, vous voulez « l’acheter » pour 99 ans et tous nos « ennuis » seront terminés ! (j’ignorais que nous étions si mal lotis que çà dans cette région). Grâce à vous, il y aura pléthore de touristes, des commerces vont s’ouvrir, la biodiversité revivra, les arbres coupés seront de première qualité, la vie sera belle. Et tout cela sans que nous soyons au courant du projet précis, juste des notes d’intention.

    Dans mon mail précédent, je pose des questions précises, en réponse vous me parlez du nourrissage des sangliers (que je n’aborde pas dans mon message initial). Simplement, qu’on ne l’aime ou pas, il est bien en deçà de ce que la loi permet et parfaitement légal.

    La chasse cristallise les passions et dès que je dis à quiconque que j’ai des doutes quant à votre projet (qui je le répète a des aspects intéressants) la seule chose qu’on me répond est au sujet de la chasse. Pour les uns c’est génial on va arrêter de tuer les animaux, pour les autres on ne nourrira plus ou les battues à cor et à cris seront supprimées, chacun a ses fantasmes à ce sujet. Le reste, personne n’en parle. La gestion de la faune n’est qu’une partie de votre projet. Si le seul problème de notre forêt est cette abondance d’animaux et le nourrissage, il est facile pour la commune de le résoudre sans bail emphytéotique et sans « perdre la main ». Il suffit d’un cahier des charges restrictif et des grosses amendes par animal non tiré.

    C’était déjà le cas dans le cahier des charges proposé, une densité cible de 35 sangliers aux 1000 hectares et une amende de 500 € par animal prévu au plan de tir et non tiré. Il est faux de dire qu’aucune offre n’est parvenue à la commune de la part de chasseurs, simplement elles ont été jugées insuffisantes. Je ne sais si en cas de bail emphytéotique un tel cahier des charges vous serait applicable mais ce serait logique.

    Pour ce qui est de Brugelette, désolé si je vous ai encore blessé, je vous présente mes excuses mais il ne faut pas gratter loin dans la presse pour voir que vos relations avec le conseil communal ne sont pas sans frictions. Le reste de mes remarques ont été spontanément émises par des habitants de votre région (des « autochtones » de Brugelette donc, ce mot n’a rien de péjoratif) en vacance au calme ici.

    Si j’osais, je dirais que j’espère que nous pourrons aussi aller dans nos bois sans payer de droit d’entrée :-).

    Tout ce là dit, les principales questions sont toujours sans réponses :
    - Quid de la garantie de la pérennité du projet.
    - Quid d’une garantie financière en cas de catastrophe dans la gestion des bois ?
    - Quid d’une garantie du respect de la note d’intention ?
    - Quid d’un cahier des charges applicable tout simplement ?
    - Quand aurons-nous accès aux détails du projet pour réellement le juger ?
    - Et pour finir, quid des amendes à appliquer si le plan de tir n’est pas réalisé ? :-)

    Pour terminer je reprends votre dernière maxime "la peur a détruit bien plus de choses en ce monde que la joie n'en a créées". Dans notre cas, c’est normal que nous ayons peur. A part votre note d’intention, il n’y a rien de précis et ce qui est invisible (ou caché) peut faire peur. Alors s’il vous plaît pour nous rassurer, éclairez nous et …. donnez-nous des garanties.

    Pas blog interposé on peut passer des heures à écrire sans arriver à réellement s’exprimer. Ne vaudrait-il pas mieux en parler de vive voix autour d’un verre (La bière Saint Monon, bière brassée à Ambly est excellente, je vous la recommande).

    Eric Heymans

  • Chouette, votre "coup de sang" passé, vous redevenez vous-même ;o) ça soulage de voir qu'en fait vous n'êtes pas vraiment contre, mais surtout en attente. Alors autour d'une St Monon ou d'une Cambron, parlez-vous. Vous évoquez la peur de l'inconnu, moi ce qui me fait "peur" c'est l'étonnant blocage du dossier, le silence de l'Administration Communale (après avoir manifesté son enthousiasme et signé un pré-accord), parce que derrière le silence, souvent, se dissimulent des pressions diverses, des dossiers destructeurs qui se préparent et des choses pas toujours très nettes.

  • Cher Monsieur Heymans,
    Je suis tout disposé à déguster une St Monon avec vous si notre projet est encore d'actualité à mon retour de vacances, fin de ce mois.
    Cela nous permettra, je l'espère, de dissiper vos craintes au sujet de Nassonia. Sachez déjà que la forêt restera soumise au régime forestier - lequel garantit l'accessibilité au public- , que son plan d'aménagement sera établi en concertation étroite avec le DNF et qu'enfin, toutes les actions entreprises devront s'inscrire dans le cadre de Natura 2000. Les droits de l'emphytéote sont donc sérieusement corsetés et tant mieux. Une dernière chose: vous avez fait état, dans votre premier commentaire, de votre statut de collaborateur scientifique à l'Institut Royal des Sciences Naturelles. Je m'en réjouis. N'hésitez donc pas à contacter de ma part Pierre Devillers et Roseline Beudels, qui ont bien compris l'esprit de Nassonia et le défendent, comme plusieurs professeurs de Gembloux et de l'Ucl., qui feront partie de notre comité scientifique, si Nassonia voit le jour. Bonne journée, Eric Domb

  • ..."si notre projet est encore d'actualité à mon retour de vacances, fin de ce mois."

    Reste 5 jours , après un conseil communal, avec RIEN à l'ordre du jour au sujet de NASSONIA.

    A méditer , Mesdames et Messieurs les Conseillers . Et qu'on se le dise.

  • Un ami, citoyen de Nassogne me demande de faire un commentaire sur le projet de Nassonia en raison de ma connaissance depuis 34 ans du massif forestier de Saint-Hubert dont j'ai suivi depuis, lors toute l'évolution . C'est à l'occasion d'une demande du roi Baudouin, de m'occuper de la gestion de la chasse, sur la forêt de saint Michel-Freÿr, que je découvris cette merveille de la nature. Je décidai alors d'y résider en rachetant la Converserie et Mochamps.
    Quatre ans plus, je pris la présidence de l'unité de Gestion du massif de saint Hubert (UGCSH). Plus tard, je fus un partenaire actif du Plan de Gestion intégré de la forêt de saint Hubert (PGISH).
    Depuis l'origine, avec mon épouse, nous n'avons pas manqué de la sillonner et, à chaque automne (même à 86 ans!), de guetter en fin de journée à Mochamps les cerfs qui y viennent bramer. Cela sur un mirador de vision ou quelques amis viennent nous y rejoindre.
    C'est pendant toute cette période de vie, que j'ai rêvé d'aider à implanter sur le coeur de la forêt de saint Hubert, un projet similaire à celui qu'Eric Domb vient de proposer sur un plat d'argent à la commune de Nassogne !
    Je pense en effet qu'en peu de temps une gestion entièrement écologique de la faune et de la flore pourra y être implantée. Pour la forêt, la réaction de monsieur Philippe Blérot est significative. Quant à la faune, pour les cervidés, il suffira de poursuivre la politique initiée par Didier Robbe tout en maintenant en vie les grands cerfs, pour y être admirés. Pour les sangliers, en supprimant le nourrissage artificiel et en diminuant leur densité par des poussées silencieuses.
    Mais ou Nassonia pourra réaliser un "plus" significatif, par rapport à ce qui a été réalisé ailleurs sera l'extension des installations de vision permettant à un public averti de voir sans la déranger, la faune sauvage ainsi que des systèmes de télé caméras permettant de suivre l'évolution de la vie d'oiseaux et de petits animaux difficilement approchables. Bref toute la partie éducative de cette forêt "réserve écologique"
    Puisse Nassonia se concrétiser rapidement et donner ainsi à la Belgique un modèle écologique de premier plan, mis à la disposition d'un public passionné par la Nature. J'espère aussi qu'il pourra donner la main aux 4500 ha de la forêt de saint Michel-Freyr et donner l'occasion d'amplifier le rôle du centre régional d'initiation à l'environnement (CRIE) du Fourneau saint Michel.
    J'espère voir ici bas ou là haut (avec de bonnes jumelles!), la réalisation de ce petit paradis terrestre où les hommes se sentiront plus proches de l'Essentiel.

  • Cher monsieur Domb .
    Savez vous que le régime forestier est vraiment très peu satisfaisant pour les amoureux de la nature ? Que ce code a été rédigé par des gens qui avaient des idéologies complètement opposées mais un intérêt commun ? Ce code se résume à "circulez y a rien à voir" .
    Il a été voté à l' unanimité par le parlement wallon.Donc d' application à Nassonia ?
    Savez vous ce qu'est un khmer ? C' est en général un villageois qui a vécu écrasé,brimé ,humilié par une caste de seigneurs .Un jour un opposant charismatique lui a donné la possibilité de trouver sa vengeance . Il est devenu un redresseur de tort,un chef moralisateur et puissant .En Wallonie nous avons des khmers verts .
    Leur compétences ne doivent pas être mise en doute.Dans la plupart des cas ils sont même sympathiques(avec vous) .Le problème est qu'ils sont (ou sont devenus)aussi extrémistes que ceux dont ils combattent les privilèges
    Avez vous déjà traversé une sapinière de dix hectares ? Vu cette étendue trois ans après sa mise à blanc ? C' est le travail du DNF . C' est eux qui ont défiguré nos forêts ,invoquant productivité et rentabilité. Savez vous qu'un agent de triage en Pologne gère 10 000 hectares ? C' est dix fois plus qu'en Wallonie .Que les densités d' espèces chassables y sont bien supérieures et que les dégâts aux cultures y sont pourtant dérisoires ? Et vous nous proposez la gestion DNF .
    Je vous souhaite donc le meilleur succès possible. j' espère que ce projet aboutira .
    Mais néanmoins faites attention à ce que certains "spécialistes" déjà sur les rails de votre projet vous racontent.Ne les laissez pas vous utiliser pour arriver à mettre leurs multiples adversaires au tapis. Un loup ne saurait arriver à Nassogne que dans le coffre d' une voiture.
    Relisez les écrits de monsieur Heymans ,pleins de bon sens et de sagesse.Je ne bois pourtant pas la même marque de bière que lui (mais je veux bien essayer)
    Rien n' évolue sur terre sans un pluralisme idéologique et politique.
    Un projet collectif doit il être mené par des collectivistes ?
    Certains détestent la chasse. D' autres détestent les chasseurs ,et ce n' est pas parce qu'ils chassent .
    ET SURTOUT. Pour moi pas question que de l' argent public soit utilisé pour un projet privé.
    Dans la mesure ou Nassogne retirera des bénéfices par rapport à un autre projet ,c' est parfait . Mais faire payer au contribuable ce projet,c' est pour moi non .

Les commentaires sont fermés.