Real Time Web Analytics
Pin it!

Nassonia : l’énorme projet d’Eric Domb

Si la Région wallonne marque un avis favorable, 1 500 hectares de la forêt communale de Nassogne pourraient bientôt être gérés par la Fondation Pairi Daiza via un bail emphytéotique d’une durée de 99 ans. Eric Domb, son patron, en a fait l’annonce ce jeudi matin. Ce préaccord est désormais dans les mains de la Région wallonne qui va devoir se positionner.

Peu d’effervescence, ce jeudi, dans le centre de Nassogne à la suite de l’annonce du projet Nassonia, quelques heures plus tôt le matin, par Eric Domb (lire aussi en page 20). La Fondation du patron de Pairi Daiza, le parc animalier installé dans le Hainaut, a en effet sollicité la commune pour reprendre la gestion de 1 538 hectares de forêts situées à la sortie de la localité lorsqu’on se dirige vers Champlon, en bordure des Chasses de la Couronne. Ces vingt dernières années, la commune avait loué le territoire à des chasseurs via des baux de chasse successifs. Le dernier bail venait à échéance ce 30 juin.

Mais jusqu’à présent, la procédure en adjudication lancée par la commune n’avait rien donné. Aucune offre d’achat n’avait jusqu’à présent été proposée. Le chasseur locataire jusque-là ayant décidé de jeter le gant.

Des connaissances d’Eric Domb, séjournant dans la région, lui ont parlé de cet appel lancé par la commune. Intéressé, il s’est manifesté. Depuis un certain temps, sa fondation recherchait, en effet, un territoire forestier en Région wallonne où elle pourrait entreprendre une série d’actions en faveur des habitats naturels et des espèces. Au final et à l’issue d’une réunion, mercredi soir, le Collège de Nassogne et Eric Domb sont tombés d’accord. Un préprotocole a été élaboré sur le futur du site.

Mais avant d’aller plus loin, la Région wallonne va désormais devoir donner son avis. Une étude à ce sujet devrait être réalisée dans la quinzaine. Si un avis positif est rendu, le conseil communal dans son ensemble devra se positionner. Cela pourrait se faire d’ici la fin du mois de juillet.

Pour la commune, le protocole dégagé répond à toutes les attentes. Du côté de l’opposition, peu de ré- action. Il faut dire que les conseillers ont été avertis seulement ce jeudi matin, par un mail du bourgmestre. Dans ce dernier, Marc Quirynen souligne que la « gestion des lots sera révolutionnaire par rapport à ce qu’on a connu jusqu’à présent. » Il se veut aussi rassurant quand il explique « que la Fondation Pairi Daiza n’a pas la même vocation que le parc animalier du même nom. Sa vocation passe par la protection des habitats naturels, leur recolonisation naturelle par des espèces y habitant ».

Véronique Burnotte, conseillère Ecolo, souligne le fait que la décision prise par le collège mercredi n’est encore qu’un pré- accord. « La procédure a été rapide puisque les premiers contacts n’ont été pris qu’il y a 10 jours. Difficile d’en dire plus pour le moment tant que nous ne connaissons pas le contenu exact du projet. » Mais du côté des chasseurs et des travailleurs de la filière bois, ce projet de forêt entièrement dévolue à la biodiversité fait déjà des mécontents...

La Meuse Luxembourg du 01/07/2016 – N. Hn. – M. M.

Commentaires

  • Il ne faut pas rêver, si ce Monsieur vient placer ses billes cela n'est pas pour nous faire plaisir. Il est désolant de voir autant de précipitation sur un projet d'une telle envergure. Le tout demande réflexion, il ne faut céder à l'instantané, la salade se cultive depuis longtemps .

  • Habitant près de Cambron-Casteau, je dois déplorer chaque jour les dégâts faits par Pairy Daiza à l'environnement, l'agriculture, la culture, la vie au village. C'est bien pis que les parcs d'attraction, parce que l'écrin que sont nos petits villages n'est pas du tout adapté à l'arrivée de millions de visiteurs par an. Tout ce gâchis ne sert qu'à remplir le trésor d'une société aux tentacules envahissantes. Il y a déjà assez de dégâts comme cela que pour ne pas répéter cela ailleurs en Belgique.

  • Je viens de voir à la TV Monsieur le Bourgmestre de Nassogne dans une pessière de sa Commune présentant des pieds entachés d'anciens dégâts d'écorçage imputables aux cervidés .Le projet de Monsieur Domb de réaliser une forêt en équilibre biologique est une très bonne initiative pour montrer que cette forêt communale sinistrée et dévalorisée pourra sur une période de plusieurs décennies retrouver un état sanitaire valable et une saine production.
    Quant à Monsieur de Becker ,j'ai été témoin que pour se défendre il utilise le mensonge et qu'il n'a rien compris d' une forêt soumise au régime forestier et gérée comme telle.
    Je souhaite à Monsieur Domb que le Conseil Communal de Nassogne l'encourage dans son beau projet. Jacques Poncelet, ing. agronome forestier

Les commentaires sont fermés.