Real Time Web Analytics

Le Blog de Nassogne a interrogé les leaders politiques de la commune à propos

Pin it!

eoliennes.jpgJ'ai posé la question suivante aux trois leaders des groupes politiques qui sont au conseil communal, à savoir Véronique Burnotte, Marc Quirynen et Bruno Mont : Véronique, Marc et Bruno, est-il possible d’avoir le point de vue de votre groupe politique à  propos du dossier « éoliennes » de la Commune de Nassogne ?

Voilà leurs réponses dans l’ordre de réception :

burnotte_veronique.jpgVéronique Burnotte (Ecolo)

Bien que nous déplorions que le projet Electrabel soit purement commercial/industriel, alors qu’une initiative citoyenne se profilait il y a quelques années, nous sommes pour l’implantation des éoliennes à Grune pour beaucoup de raisons dont les principales sont les suivantes :

  1. Le projet respecte l’ensemble des prescrits environnementaux, paysagés et urbanistiques tant de l’ancienne législation que de celle qui doit prochainement voir le jour. En ce qui concerne l’impact sur l’avifaune, ceux qui ont pris la peine de consulter le dossier savent que l’ASBL SOLON de Saint-Hubert a été consultée pour minimiser les risques pour les oiseaux.
  2. Ecolo a toujours été contre l’énergie nucléaire à cause de ses dangers de même que  pour la réduction de notre dépendance aux énergies fossiles. Notre programme politique suggère à foison des solutions pour diminuer la dépendance énergétique des citoyens. Cependant, si l’on veut se donner la possibilité de sortir du nucléaire dès que possible, c’est aussi en se dotant de moyens de production alternatifs. L’éolien en est un ! Le site de Grune est idéalement placé dans un compromis impact paysagé/production énergétique.
  3. La production estimée pour ces 5 éoliennes correspond à la consommation annuelle moyenne de 7.270 ménages wallons, voilà une belle contribution de notre commune à l’évolution de la Wallonie vers la production d’énergies vertes,  tournées vers le futur pour le plus grand bien des générations qui nous suivront. 

Nous sommes bien conscients que bon de nombre de citoyens de la commune et en particulier de Grune sont très attachés à la beauté de nos paysages et à la tranquillité de leur région. Nous comprenons leur dépit, mais nous sommes également convaincus que d’ici quelques années, les éoliennes feront partie de notre quotidien et ne susciteront plus le débat passionné qui anime les chaumières en ce moment.

Par ailleurs, afin que ceux qui auraient souhaité un projet citoyen y trouvent aussi leur compte, Ecolo Nassogne va proposer via sa conseillère communale que le projet d'Electrabel soit ouvert à une participation citoyenne via la mise sur pied d'une coopérative.  

Le Groupe Ecolo Nassogne

 

quirynen_marc.jpgMarc Quirynen (Intérêts communaux): 

Comme cela l'a déjà été stipulé par ailleurs, la commune de Nassogne (mandataires et citoyens) a toujours été soucieuse et préoccupée de la question des énergies alternatives. En 2007-2008, lors de l'élaboration du Plan Communal de Développement Rural, les citoyens avaient déterminé quatre objectifs parmi lesquels figurait le défi suivant : "Parions qu’en 2018, Nassogne sera une commune de référence en matière d’environnement et de valorisation des énergies locales renouvelables."  Dans cet ordre d'idées, les investissements ont été consentis au niveau communal : pause de panneaux photovoltaïques, installation de chaudières à pellets et à copeaux, création du réseau de chaleur.   A propos de l'éolien, en 2007 déjà, un groupement citoyen s'était mis en place en vue de la création d'un parc éolien citoyen.  Une étude a été menée en collaboration avec la coopérative "Vents d'Houyet" qui préconisait l'installation d'un parc de 4 à 6 éoliennes entre Ambly et Hargimont.  Devant le besoin de disponibilités et de compétences d'une part et d'autre part la complexité de la mise en oeuvre de telles installations, ne nous voilons pas la face, il s'agit d'un réel projet industriel, ce projet citoyen n'a pu se concrétiser.

En 2009, la Province du Luxembourg a pris l'initiative de mener une étude des vents sur l'ensemble du territoire. Il ressort des résultats de cette étude publiés en 2011, que le nord de la Province compte trois sites favorables c’est-à-dire des zones exposées à des vents suffisamment réguliers pour y voir des investissements rentables de projets éoliens. Ces sites sont le Gerny sur le territoire de Marche, le Tiersain entre Grune et Nassogne et le Point Zéro à Bande.  

Dernièrement la Région a présenté une cartographie recensant des lots de territoire au potentiel de développement éolien.  Outre les trois sites précités, figure également sur cette cartographie le site situé entre Ambly et Hargimont.

Ces différentes  études démontrent que notre territoire communal est une zone propice à l'installation de projets éoliens.

Devons-nous dès lors en admettre le principe par esprit de solidarité et laisser installer ces engins sur notre territoire sans sourciller? Le phénomène n’est pas neuf, bien avant le millénaire, l’homme avait déjà créé le moulin à vent qui lui a permis de progresser dans son industrie.  A l’époque déjà, le principe des retombées locales était discuté, le vent appartenant à tout le monde ne pouvait pas bénéficier qu’au seul propriétaire du moulin. Depuis 2007, l’année du début de la réflexion du projet citoyen, les choses ont évolué tous azimuts.  Si le principe de base semble rencontrer l’assentiment du plus grand nombre, les études et les données prodiguées de toutes parts nous amènent à plus de réserve sur l’opportunité de telles installations.  D’une part les nuisances sur la santé (ultrasons à base fréquence, les ondes électromagnétiques), l’impact néfaste sur le paysage et sur l’environnement, la main mise des multinationales sur des investissements juteux en dehors des retombées citoyennes sont autant de griefs formulés à l’encontre de ces projets.  D’autre part, la nécessité de sortir du nucléaire par des investissements dans des énergies renouvelables,  le maillage indispensable d’un tel réseau constituent des arguments probants.  Le dossier est complexe et dépasse de loin la question limitée d’être pour ou contre l’éolien.

Le projet actuellement mis à l'enquête publique concerne le site du Tiersain  entre Grune et Nassogne.  En ce qui concerne ce projet, une remarque préalable : un seul des trois sites répertoriés sur Nassogne peut être occupé par les éoliennes, l'occupation d'un site condamne l'installation sur les deux autres du moins en regard des connaissances technologiques actuelles.   La liste "Intérêts Communaux" regrette ce choix du promoteur qui aura des retombées paysagères et environnementales négatives nonobstant les aléas possibles sur la santé publique et le sacrifice des superficies agricoles. Les compensations environnementales ne contrebalanceront jamais les dommages subis dans ces couloirs migratoires.

Si de telles installations devaient voir le jour sur notre territoire, il serait impératif que toutes les incertitudes des retombées sur la santé soient levées au préalable. Pour autant que cette condition soit rencontrée et que la qualité de vie de nos concitoyens ne soit pas altérée, notre préférence irait dans ce contexte sur le site situé au-delà du Point Zéro à Bande qui, situé en bordure du massif forestier aurait ainsi moins d'impact paysager.  Les promoteurs indiquent que les contraintes édictées par la Région (à 200 m minimum du massif forestier) sont un obstacle à l'installation d'éoliennes sur ce site.  Aucune justification fondée n'est avancée pour valider ce principe de distance de 200 m.  Pourquoi les citoyens devraient-ils subir en fin de compte cette norme?  La liste "Intérêts Communaux" appelle la Région à la réflexion sur cette norme et lui propose de suspendre toute décision sur le présent projet aussi longtemps que le bienfondé de cette norme de 200 m ne soit pas correctement exposé.

 

mont_bruno.jpgBruno Mont (Ensemble) :

Avant tout, je donnerai mon avis personnel puisque le groupe "Ensemble" ne s'est pas encore réuni pour débattre sur question.

Faut-il être pour ou contre l'énergie éolienne? voilà une question bien difficile... 

D'un point de vue écologique, on entend tout et son contraire. Difficile d'être objectif dans ce contexte.

Une chose est sure, les éoliennes produisent une électricité propre. 

D’un point de vue paysager, l’implantation dans cette zone, me semble inappropriée : l’effet visuel ne peut que gâcher cette zone touristique. 

D’un point de vue financier, les retombés directes pour la commune sont minimes: Electrabel ne peut raisonnablement pas être assimilée à une entreprise de « générosité publique ». 

Voilà en quelques mots, mon point de vue sur la question. Bien entendu, le groupe ensemble se prononcera dès la fin de l’enquête publique.

Commentaires

  • Bruno,J'ai lu ton commentaire
    haha...en ce qui concerne les éoliennes qui produisent de l'énergie PROPRE....là,c'est bien dit
    As-Tu déjà vu des éoliennes qui produisent de l'électricité SALE
    moi,Je n'en ai JAMAIS VU.......( une chose,c'est qu'elles sont nuisible à partir de 40DB pour l'auditif ) préparons l'ouate....

  • Et bien Myriam, haha, détrompez-vous .... L'éolien belge produit bien de l'électricité sale !!!

    Tout le monde a déjà vu des éoliennes à l'arrêt et connait donc le phénomène de l'intermittence lié aux caprices du vent : Une éolienne de 2MW dont le taux de charge est de 22% (moyenne européenne) ne fournit sa production nominale que pendant 1927 heures sur une année et ce d'une manière chaotique (le vent change en vitesse ou en qualité toutes les 20 minutes). Dès lors, elle nécessite une puissance identique de 2MW de régulation pendant les 6833 heures restantes.

    La dynamique régulatrice doit essayer de lisser au mieux les caprices du vent. Seules les petites centrales thermiques ont la souplesse nécessaire pour assumer ce rôle. Ces centrales modernes polluent très peu (450gCO2/KWh) par rapport aux centrales au charbon (840g/KWh).
    Toujours est-il que même à raison de 450g/KWh, le couple éolienne-régulateur aura émis une pollution unitaire de 351g/KWh, dépassant donc la moyenne belge (304gCO2/KWh) de 15% !!!

    Le bilan de réduction des GES devient négatif, pour un petit pays comme la Belgique, à partir d'un potentiel installé relativement faible (700MW) comme cela a été prouvé récemment dans la thèse doctorale de J. Soens (Impact of wind power in a future power grid. PhD KU Leuven Dec 2005). Faisons remarquer que rien que les projets approuvés off-shore totalisent déjà 780MW !

    Il ne faut pas toujours se fier aux apparences .... pour plus d'info: http://ventderaison.com/

  • Je n'habite pas à Nassogne donc je ne me sens pas le droit de me prononcer pour ou contre les éoliennes dans votre belle commune.Je suis à 25 km de Tihange et en plein dans les vents dominants j'aimerais donc bien que disparaissent ces foutues centrales nucléaires.Mais vass kurarèdji il fau t bien trouver autre chôse pour remplacer ces foutues centrales .A don bonnes è d'jins di Nassogne Tusez bin à sou ki'f faudrais respond si on vol dimande on d'jou !Merci di m'aveur léhou.

  • Il est certain que Madame Véronique Burnotte est victime d'erreurs, venant sans doute de sa hiérarchie.

    Si cette hiérarchie s'était donné la peine de prendre connaissance de l'annexe 10 de la demande de permis , par GDF SUEZ (via "Electrabel") , d'implanter son usine d'aérogénérateurs sur Grune, elle aurait lu, en son point 2.1.1. (on a bien lu : TEXTE D' ELECTRABEL )

    "En Belgique, les négociations visant à répartir cet objectif, n'ont pas encore abouti " , cet objectif étant la réponse de la Belgique, à ses obligations résultant du plan européen de 2008, "en matière d'énergies renouvelables".

    Et on lit bien " NON ABOUTIES", en 2013, depuis .... 2008 .

    Et l'ayant lu, Madame V. Burnotte aurait été épargnée de la pénible tâche de soutenir des arguments du genre " ce projet Electrabel nous sauve du nucléaire", conduisant aux interpellations et quasi insultes " t'es pour le nucléaire", (avec ou sans point d'interrogation) .

    Par ailleurs, Madame V.Burnotte a la correction d'avouer que ce projet respecte l’ensemble des prescrits environnementaux, paysagés et urbanistiques tant de l’ancienne législation que de "celle qui doit prochainement voir le jour." (on lit bien : "PROCHAINEMENT" ! )

    En clair, en matière d'environnement, ce projet répond aux lois actuelles et aux "lois futures traitant cette matière" .

    Le respect élémentaire du principe de précaution, nous impose , - à tous , Bourgmestre, Echevins, conseillers communaux, et citoyens - d'attendre que ces lois futures soient ... votées .

    Et encore !!!! Il conviendrait qu'une fois votées, le cadre dans lequel elles trouveront à s'appliquer, soit fondé sur des négocitations .... ABOUTIES .

    Merci également à Madame Véronique Burnotte d'avoir bien voulu dénoncer l'aspect "purement commercial/industriel" du projet

    On lit bien : "PUREMENT" .

    Enfin, on lit aussi avec émotion "Nous sommes bien conscients que BON NOMBRE de citoyens de la commune et en particulier de Grune sont très attachés à la beauté de nos paysages et à la tranquillité de leur région. Nous comprenons leur dépit "

    Mais on s'étonnera quand même un petit peu de savoir que , quand la maison du voisin a le feu, on aurait le droit de se dire "c'est pas la mienne"

    Voilà une excellente raison morale de s'en tenir au principe de précaution : " Dans le doute, NON à l'irréversible ".

    A plus forte raison , avec les progrès continus de la science, de la technologie, de la politique et de la morale élémentaire .

Les commentaires sont fermés.