Real Time Web Analytics
Pin it!

Plus d'infos sur les 70 ans du Club de football de Nassogne...

foot008.jpgJe vous ai parlé dernièrement du Royal Football Club de Nassogne qui va fêter ses 70 ans le week-end des 19, 20 et 21 août.

Comme Alain Canneel l’avait rappelé dans les commentaires sur cet article, André Collard, par ailleurs président actuel du club, avait écrit un bel article sur le club dans la revue « Terres entre Wamme et Lhomme » N°12 de avril 2007.

Voici cet article :

Le ballon rond, du SHEFFIELD F.C.  au R.S.C. NASSOGNE

André Collard

 

Sport universel, le football est devenu un véritable phénomène de société.

Pratiqué dans la plupart des pays du monde, il constitue une discipline qui, au-delà des amateurs et des professionnels, fait également partie de l’existence de  millions de téléspectateurs et de spectateurs directs.

Depuis des décennies, le football compte un nombre impressionnant d’adeptes à Nassogne, ancienne commune.

Il s'y est développé au fil des années. Il a ébloui et parfois déçu. Il a connu des heures de gloire et des saisons grises. Bref toute la merveilleuse incertitude du sport.

Bien que le Royal Sporting Club de Nassogne ne dispose plus d'aucune archive, il est cependant possible, en faisant appel à des souvenirs et a des témoignages, de remonter assez loin dans la vie de cette société sportive. Ce que nous tentons de faire.

"Plus encore que le roi des sports, le football est le roi des jeux», écrivait Jean Giraudoux (1882-1944). Et cela est vrai depuis près de 3000 ans. Ainsi, le poète grec Homère, qui vécut vers 850 avant Jésus-Christ, fait déjà allusion dans certains de ses textes à un jeu de balle pratiqué sur l’île des Phéaciens.

En fait, le football puise ses origines dans l’Antiquité, chez les Grecs notamment. Toutefois, selon les experts, seul l'harpastum joué par les Romains peut être considéré comme le premier des jeux de balle au pied.

Pendant la Renaissance, l'Italie se distingue dans l'évolution du sport. Tant à Bologne qu’a Florence, le calcio fait son apparition. il s'agit d'un jeu qui consiste à pousser le ballon avec le pied.

 

Premier club : le Sheffield F.C.

 

C’est cependant en Angleterre qu'au début du XIXème siècle le football va s'élaborer et se préciser dans les public schools qui, en 1848, définiront les règles du jeu, avec en particulier le dribbling. En octobre 1857 se crée le premier club anglais amateur, le Sheffield F.C.; le premier club professionnel verra le jour à Nottingham en 1862. L’année suivante sera fondée la Football Association (F.A.) qui adoptera les règles édictées en 1848 au Trinity College de Cambridge et organisera la première Coupe d'Angleterre en 1872.

Selon un recensement effectué par le F.A., mille clubs fonctionneraient déjà en 1882. C’est alors que naîtra l'lnternational Board chargé de faire appliquer les règles du jeu au niveau mondial.

L’odeur de l’argent.

A cette époque surgit en Angleterre une querelle entre les dirigeants soucieux de maintenir le football dans l'amateurisme et ceux qui estiment que son avenir ne pourra être assuré que par le professionnalisme. 

Avec le professionnalisme débute évidemment l’emprise de l’argent sur le sport. Des indemnités s'imposent alors, de même que la notion de prime. Et il sera vite question des prix de transfert des joueurs professionnels.

Le football ira à la conquête du monde. La simplicité de ses équipements et de ses règles constitue d’ailleurs un atout essentiel pour son développement. Dès 1904, à Paris, la Fédération internationale de football association (FIFA) est créée sous la présidence du Français Robert Guérin. Un empire se met en marche.

L'année 1930 introduira la première Coupe du monde qui, de toute évidence, sera déterminante dans le rayonnement du football.

D'autre part, la pratique du ballon rond va recourir à une technicité toujours plus fine, toujours plus poussée, à laquelle à partir de 1958 et pendant près de 20 ans un joueur brésilien conférera des lettres de noblesse. Il s'agit bien sûr de Pelé.

Sans doute est-il opportun de citer aussi deux autres joueurs qui marqueront l’évolution du football et son histoire : l’Allemand Franz Beckenbauer et le Néerlandais Johan Cruyff.

Le football à Nassogne, avant la guerre 40-45

Pas de Pelé, ni de Beckenbauer, ni même de Zidane à Nassogne où cependant en différentes périodes évolueront des joueurs d’un très bon niveau.

Déjà avant la guerre 1940-1945, les jeunes du village s'initient au football et le pratiquent avec enthousiasme. Uniquement pour le plaisir. Toute considération étrangère au jeu est bannie. Pas de prime, pas d'indemnité.  On ne joue pas pour être payé. C’est le sport pour le sport.

Peut-être devrait-on aujourd'hui s'inspirer quelque peu de cette conception qui est de loin la plus épanouissante, la plus saine, la plus exaltante.

A l'initiative de quelques jeunes dont Emile Benoit, un club s'est mis en place à Nassogne avant le conflit mondial de mai 1940. Il retiendra l'attention des habitants, il fonctionnera correctement et même il se distinguera dans des compétitions, à en croire les plus anciens Nassognards.

Le Challenge du Printemps en 1942

Même pendant l'occupation allemande qui durera plus de quatre ans, le ballon ne se dégonflera pas. Il conservera la faveur des garçons, soucieux d’équilibre et de détente. Il est vrai qu'à cette époque les distractions sont rares et réduites à leur plus simple expression. Dès lors, le football demeure l'activité sportive la plus intéressante, la plus ouverte et la plus accessible.

C'est aussi par le fait même l'occasion de se retrouver, le dimanche, et d'oublier les contraintes imposées par les occupants allemands. Des matches sont d'ailleurs organisés par les jeunes pour permettre d’envoyer des colis aux prisonniers de guerre, retenus en Allemagne.

D'autre part, le football favorisera la bonne entente entre les habitants et contribuera à l'unité du village. Donc un effet très bénéfique.

C'est le 1er février 1941 que le football de Nassogne se constitue en association de fait. Font notamment partie de l'équipe : Camille Bolle, François Bolle, Edouard Bily, Raymond Body, Raymond Fosty, Marcel Guiot, Victor Grenson, Edmond Leroy, Fernand Paquet, Raymond Paquet, Martial Roquet et d’autres.

En ce temps la, pour des matches à l'extérieur, dans des localités proches ou plus lointaines, les déplacements s'effectuent à vélo. Parfois, dix bicyclettes pour onze ou douze joueurs. Il faut se débrouiller. Et on le fait joyeusement. 

Selon un document mis à notre disposition par Edmond Leroy qui est en quelque sorte la mémoire de Nassogne, le 4ème Challenge du Printemps sera organisé en 1942 par l'Excelsior-Athlétic-Club de Jemelle. Il s’agit d’une compétition homologuée et se déroulant sous les auspices de l'U.R.B.S.F.A.  Elle aura lieu du 19 avril au 26 juillet 1942. 

L'équipe de football de Nassogne va participer à ce Challenge du Printemps. Elle devra affronter plusieurs clubs : E.A.C. Jemelle, Jeunesse Rochefortoise, C.S. Espoir de Han, F.C. de Wellin, U.S. de Tellin, C.S. de Belvaux et F.C. Forrières.

« Supporters !!! Assistez nombreux à ces matches. Encouragez vos équipes par votre présence !!! », lit-on sur le calendrier des rencontres.

Nassogne et le football en deuil

Le principal promoteur du club de football est évidemment Emile Benoit. C'est un boute-en-train, il anime, il lance des idées, il crée l'espérance, il amuse. Sa présence est universelle tant sur le terrain qu'ailleurs.

En outre, Emile Benoit est un dirigeant influent d'un mouvement de Résistance, le M.N.B. (Mouvement National Belge). Alors qu'il est étudiant en droit à l'université de Liège, le jeune homme est très actif dans la lutte contre les Allemands; il s'occupe des réfractaires au travail obligatoire, de la presse clandestine, du rapatriement des aviateurs alliés abattus en zone occupée. Il multiplie les activités interdites. Ses préoccupations visent aussi à recruter des membres pour le M.N.B.

Alors qu'il revient de Petithan ou il a passé la nuit chez un résistant, Emile Benoit, qui circule a moto, tombe dans un guet-apens dressé par les Allemands, le 18 juillet 1944. Il figure en effet sur la liste noire des patriotes recherchés par l’ennemi.

L'officier de la Feldgendarmerie, Franz Lang, s'assied sur le siège arrière de la moto et, sous la menace de son arme, contraint le résistant à se diriger vers Marche-en-Famenne. A l'entrée de la ville, Emile Benoit effectue une embardée pour faire chuter l’officier allemand.

Les deux hommes sont par terre. Plus jeune, le résistant se relève rapidement et s'enfuit. L'Allemand tire. Il abat Emile Benoit qui ne tardera pas à mourir, au rempart des Jésuites.

De nouvelles installations au "Crawy"

Après la guerre 1940-1945, le Sporting Club Nassogne assumera une heureuse continuité et pourra compter sur de nouvelles forces.

Immense événement le 21 juin 1947. Toute la population est invitée à une "grande journée sportive" que le comité organise à l'occasion de l'inauguration de ses nouvelles installations, au "Crawy", route de Masbourg.  Installations qui sont d'ailleurs dédiées au "jeune héros Emile Benoit", abattu par un Feldgendarme, en juillet 1944

Dans l'invitation, le secrétaire du comité du football, l'abbé Désiré Evrard, précise qu'une messe solennelle sera célébrée à la mémoire d'Emile Benoit dont la tombe sera fleurie à l'issue de l'office religieux.

A 15 heures, un cortège se formera et se rendra au nouveau stade qui sera alors officiellement inauguré. Le programme comportera ensuite un match d’ouverture, doté d'une coupe. Il opposera le Sporting Club de Nassogne au Football Club de Forrières.

A 17h30, le public pourra suivre "le grand derby provincial" qui verra s'affronter l'O.C. Saint-Hubert et l’O.C. Rochois.

Le Stade Emile Benoit en 1976

foot 103.jpgNouvelles infrastructures pour le club de football près de trente ans plus tard. Dernier grand chantier communal avant la fusion des communes du 1er janvier 1977, le Stade Emile Benoit, situé à la rue des Clusères, est inauguré avec faste le 27 mai 1976, sous le mayorat d'Alphonse Defoy. Il comporte la pelouse, une cafétéria, des vestiaires, des installations pour le chauffage, etc. Satisfaction et enthousiasme. Joseph Michel, ministre de l'intérieur, préside la manifestation qui compte de nombreuses personnalités politiques et sportives, les autorités communales, les membres du comité du R.S.Nassogne, des joueurs, des sponsors et des supporters. Une ambiance assez extraordinaire dont certains se souviennent encore aujourd'hui.

Grâce à ce stade réalisé par la commune, le club prend un nouvel élan.  C’est d'ailleurs dans les années septante que l'équipe fanion atteindra son plus haut niveau, en évoluant pendant trois saisons en première division provinciale. En d'autres temps, l'équipe connaitra des fortunes diverses, allant de la P3 à la P2, de la P2 a la P3.

En 1997, le club se constitue en A.S.B.L. sous la dénomination "Royal Sporting Club Nassogne" et l'assemblée générale désigne 17 administrateurs : Francis Bande, Christine Breda, Michel Beurlet, Marc Bissen, Etienne Blond, Luc Evrard, Jean-Claude Grandmont, Monique Lecerf, Robert Lecomte, André Mouton, Bruno Mouton, Nestor Mouton, Fernand Paquet, Marcel Philippart, Laurent Pierre, Mami Weyders et Jean Wilkin.

A l'assemblée générale du 22 juin 2006, le conseil d'administration compte 13 administrateurs : Francis Bande, Christine Breda (correspondant qualifié-secrétaire), Joseph Bily, André Collard (président), Jean-Marie Collard, Laurent Dulaunoy (délégué au terrain), Jean-Marie Dupont, Benoit Gillet (trésorier), Jacqueline Herman, Robert Lecomte, André Mouton, Charles Quirynen et Jean Wilkin.

Une histoire déjà longue pour le R.S.C. Nassogne, dont nous ne relatons que quelques pages. Elles devraient être complétées. Une histoire qui a été  forgée par des centaines de joueurs et bien sûr par une multitude de bénévoles conscients que le football est pour les jeunes une véritable école de  courage, de solidarité et de fair-play.

Un long passé fait de victoires, de défaites, de dévouement et d'audace. L'avenir du club appartient évidemment à l'espérance et a l'optimisme.

Les commentaires sont fermés.